Quand manger local et en saison n’est pas la norme: alternative?

« Les rayons de nos supermarchés regorgent toute l’année durant de tomates, de poivrons, de courgettes et de fraises à prix imbattables. La majorité de ces fruits et légumes proviennent du sud de l’Espagne, dans le désert rendu artificiellement fertile d’Almeria. Une immense mer de plastique recouvre ces quelques 33 000 hectares, formée par les kilomètres de bâches qui recouvrent les serres s’étendant à perte de vue. Le potager de l’Europe repose sur un système de production qui allie culture super-intensive et exploitation d’une main d’œuvre immigrée. Résultat : la biodiversité s’éteint, les sols s’appauvrissent et les réserves d’eau se vident. Face à cet écocide, des initiatives locales tentent de ré-enrichir les écosystèmes »…

LIRE L’ARTICLE DE Mr.MONDIALISATION – Agriculture intensive : comment l’Andalousie se transforme en désert

Cet article a été publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation avec le mot-clé , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *