Participez aux réunions du CADE, à très vite!

Nous avons besoin que vous soyez nombreux avec vos associations pour travailler les sujets qui se multiplient en Commissions…Et pour le mois d’octobre:

  • La commission transports-LGV se réunira le jeudi 13 octobre à 18h à la MVC du Polo Beyris de Bayonne.
  • La commission déchets se réunira le jeudi 20 octobre à 18h à la MVC du Polo.
  • La commission eau se réunira le vendredi 21 octobre à 17h à la Maison pour tous à Anglet.
  • La commission Linky et 5G se réunira à une date à définir.
  • La commission montagne se réunira à une date à définir .
  • Le Comité de liaison se réunira le jeudi 27 octobre à 18h à la MVC du Polo.

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Climat, Déchets, EAU, Énergie, Immobilier, Mines, Montagne, Transport | Mots clés , |

Le meilleur choix pour tout le XXIème siècle, c‘est aujourd’hui la LIGNE EXISTANTE et l’abandon de la LGV !

Un tract-communiqué de l’association girondine Trans’cub 2022-09-30 Tract BORDEAUX-DAX[31547]2022-09-30 Communiqué BORDEAUX-DAX PdF[31546] Pour le CADE, il reprend des arguments que nous avons déjà si souvent développés, mais il est utile de rappeler aux citoyens, en l’actualisant, ce qui avait servi au rejet d’un GPII coûteux par l’Enquête publique, en notant que le GPSO ne va pas jusqu’à Dax mais jusqu’à la frontière espagnole…

Rénover la ligne EXISTANTE Bordeaux-Dax et abandonner le projet de LGV
C’EST PLUS PERFORMANT ET 30 FOIS MOINS CHER

Pour les voyageurs : des temps de trajet de 50mn équivalents, voire inférieurs
Pour cela, il faut et il suffit d’accroître la vitesse de 160 à 220 km/h.
C’est déjà possible aujourd’hui sur plus de la moitié de la ligne, déjà en partie rénovée.
On parcourt aussi vite les 147km de la ligne existante à 220km/h que les 179km (32km de plus) de la LGV à 320 km/h. Ce sera des temps de trajets Bordeaux-Dax de 50mn environ, équivalents ou meilleurs que ceux prévus avec la LGV : de 49mn et 56mn (avec arrêt).

Pour le fret : une capacité pour le XXIème siècle
La capacité de la ligne existante est déjà de 152 trains-fret/jour, pour actuellement une circulation de 14 trains-fret/jours seulement. De quoi multiplier par 10 le trafic fret actuel, alors que l’objectif certes souhaitable mais déjà très ambitieux de la FRANCE est seulement de multiplier par 2 d’ici 2030 et par 3 d’ici 2050 la part modale du trafic fret ferroviaire.

Pour le climat, un enjeu majeur : la sobriété énergétique
En investissement : ce sont des millions de tonnes de CO2 qui seront économisés avec l’abandon de la construction de la LGV.
En fonctionnement, la consommation annuelle d’électricité sera divisée par 2,5 sur ce tronçon Bordeaux – Dax pour le même service rendu aux usagers, en roulant à 220km/h sur les 147 km de la ligne existante au lieu de rouler à 320km/h sur les 179 km de la LGV.

Pour l’environnement : aucune nuisance
C’est rester dans l’emprise actuelle, ne pas porter atteinte aux activités agricoles, viticoles et sylvicoles, et en finir avec l’artificialisation de 5 000 hectares qu’aurait impliqué la LGV.

Pour un coût 30 fois moins cher, 4 milliards d’économie et pas d’impôt LGV !
« La rénovation d’une ligne revient à 1 million d’euros le kilomètre… c’est quasiment 30 fois moins cher qu’une LGV » selon l’ex-PDG de la SNCF, M. Guillaume PEPY. Rénover la ligne existante, c’est ne plus engloutir le coût pharaonique de 4 milliards dans la LGV Bordeaux-Dax. C’est aussi en fonctionnement diviser par 2,5 les dépenses annuelles d’électricité sur ce tronçon. L’impôt « LGV Bordeaux-Dax » prévu dès 2023 (la TSE) ne sera plus justifié et devra alors être définitivement abandonné.

 

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |

Journal des luttes citoyennes – Haro sur les extractions de sable pour le béton!

La mystification du plan « Zéro artificialisation nette » – Artificialisation des terres agricoles: partout des combats! Ici,  c’est une communication en retour d’action de la part des « Soulèvements de la terre ». #SoulevementsdelaTerre Acte 1 Saison 4 – BLOCAGE de la carrière LAFARGE de Saint-Colomban pour la venue de Christophe Béchu, ministre de la transition écologique. On passe à l’action après le vote pro-artificialisation des élu.es !

« …8 paysan.nes en tracteurs et 60 piéton.nes ont surgi dans la carrière Lafarge de Saint-Colomban pour l’occuper et la bloquer. Cette action surprise initiée par le collectif La tête dans le Sable et le mouvement national les Soulèvements de la Terre était une réponse directe à la décision des élu.es du PETR du Pays de Retz de déroger au SCOT, schéma local censé, entre autre, protéger les terres agricoles (Espaces Agricoles Pérennes). Ce vote visait à autoriser l’agrandissement des carrières Lafarge et GSM et l’artificialisation de 70 hectares de bocage. Cette occupation d’une des 2 carrières intervient alors que le ministre de la transition écologique C. Béchu intervenait à quelques kilomètres de là – à Basse-Goulaine – pour une réunion avec des élus locaux pour une présentation de l’objectif « Zéro artificialisation nette ».

Il y a 15 jours le ministre annonçait déjà reculer sur cet objectif à peine énoncé, démontrant ainsi toute l’hypocrisie du gouvernement en terme de politique environnementale. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Mines | Mots clés , , , |

Loi éclair sur le Nucléaire, énorme enjeu autour de Cigeo

COMMUNIQUE BURESTOP/CIGEO – Alors que l’Andra est dans l’incapacité de prouver que l’enfouissement des déchets radioactifs à 500 m sous terre est techniquement et financièrement faisable, le gouvernement accélère le projet présidentiel : engager au plus vite la construction de nouveaux réacteurs, au service d’une vision productiviste totalement dépassée, sans débat sociétal de fond, pourtant tellement nécessaire.

Les collectifs BURESTOP, CEDRA et Meuse Nature Environnement, dénoncent une méthode détestable et inadmissible pour imposer la relance du nucléaire en France et appellent à le stopper. L’enjeu autour de Cigéo est toujours plus crucial : en l’absence de solution de gestion des déchets nucléaires socialement acceptable, pas (de promesse) de poubelle pour leurs déchets, donc pas de nouveaux réacteurs ! Macron promeut l’éolien au large… tout en faisant passer en force le projet de renouvellement du parc nucléaire

Le Conseil national de la transition écologique (CNTE) vient d’être saisi pour avis sur le projet de loi (1) visant à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires, avec une séance plénière fixée au… 5 octobre 2022. Une injonction absolue qui ne laisse place à aucun débat contradictoire : l’exposé des motifs du projet de loi (2) est une ode au nucléaire dit « décarboné » dont la France a été le promoteur éhonté dans les couloirs européens, en obtenant que le nucléaire soit inscrit dans la taxonomie européenne.
Le gouvernement court-circuite de fait le débat sur les nouveaux réacteurs nucléaires mené par la Commission nationale du débat public (CNDP) qui doit débuter fin octobre en annonçant ouvertement ses décisions avant même que le débat ne commence !
Un constat amer : les françaises et les français sont à nouveau tenus à l’écart des grandes décisions et invités à se taire, dans un contexte énergétique pour le moins désastreux avec plus de la moitié du parc nucléaire à l’arrêt, des restrictions d’approvisionnement programmées et une hausse vertigineuse des prix de l’électricité. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie | Mots clés , , , , , , |

Nucléaire : la pratique gouvernementale du « En même temps » sévit à nouveau!

« Nucléaire : comment l’exécutif entend passer en force » – C’est le sujet d’un article en accès libre – « Paradoxe. Alors qu’Emmanuel Macron vient de créer une instance destinée à faire avancer le pays dans un esprit de dialogue, l’exécutif souhaite passer en force sur la relance du nucléaire. Le droit à la participation du public est oublié. » (…ce qui soulève une légitime indignation. Le CADE rappelle cependant que le nucléaire, en France, n’a jamais fait l’objet de débat public ou de consultation publique débouchant sur une décision à laquelle les citoyens seraient associés! Il y a les annonces de communication, et la réalité démocratique…lire par ailleurs l’information émanant d’Info Bure Cigeo sur l’accélération des projets, dont le projet de loi visant à simplifier la partie juridique et court-circuitant le débat public)

« Cela sonne comme un rappel à l’ordre. « L’opportunité de relancer la construction de réacteurs nucléaires relève actuellement de dispositions législatives précises du Code de l’énergie », rappelle la Commission nationale du débat public (CNDP) dans un communiqué publié mardi 27 septembre. Cette instance, garante du droit à la participation du public, réagit après la saisine, la veille, du Conseil national de la transition écologique (CNTE) d’un projet de loi visant à accélérer la construction de nouvelles installations nucléaires.

Ce projet, transmis sans étude d’impact et sur lequel cette instance doit se prononcer dès le 5 octobre, fait suite au discours de Belfort d’Emmanuel Macron, en février dernier. Le président avait annoncé une relance du nucléaire, avec la construction de six nouveaux réacteurs de type EPR, dont les deux premiers à Penly (Seine-Maritime), et le lancement des études pour huit autres. « Un déploiement à marche forcée de la stratégie nucléaire », a confirmé lui-même le chef de l’État, en visite à Saint-Nazaire le 22 septembre… » Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie | Mots clés , , , |

SNCF réseau – Changer de PDG ne changera pas l’insuffisance des financements!

Luc Lallemand, le PDG de SNCF Réseau sur le départ – Construction Cayola Un article éveille l’attention qui renvoie à la dénonciation concernant le manque de ressources pour le ferroviaire, avec les incidences en terme de suppression de trains et manque de politique ambitieuse fret et voyageurs. Depuis le contrat de performance, les médias signalent régulièrement la suppression de trains ainsi que l’abandon de lignes à prévoir… 

EXTRAITS – … »Luc Lallemand a appliqué à la lettre la loi de réforme ferroviaire de 2018, et les strictes conditions d’application dictées par Bercy et la ministre des Transports d’alors, aujourd’hui Première ministre, Elisabeth Borne, qui exigent notamment que le gestionnaire des voies ferrées françaises revienne à une génération de trésorerie positive à partir de 2024. SNCF Réseau, devenu société anonyme, ne peut plus avancer d’argent pour engager ou poursuivre des projets mal ficelés ou dépassant les budgets, et M. Lallemand s’est « accroché avec de nombreux élus ». Une situation tendue
Suite à la signature du contrat de performance signé entre SNCF Réseau et l’Etat jugé insuffisant, Luc Lallemand avait déclaré en février dernier « Nous allons nous contenter des moyens qui sont alloués » ! devant la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat traduit le manque d’ambition du projet de contrat de performance entre SNCF Réseau et l’État. Commission qui avait un mois plus tôt tiré le signal d’alarme en pointant les insuffisances du projet de contrat soumis aux parties prenantes pour le développement du fret ferroviaire. De son côté l’Autorité de régulation des transports qualifiait ce contrat « d’occasion manquée pour le développement du transport ferroviaire » (source Senat.fr) »…

Pour mémoire: publié en décembre 2021, le bilan 2020: Publication du bilan ferroviaire pour l’année 2020 – Construction Cayola

 

Publié dans Accueil, Fret, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

Journal des luttes – Vous avez dit « sobriété énergétique »?

Une action d’ATTAC et Extinction Rébellion – Vendredi 23 et samedi 24 septembre, Attac a organisé deux actions au Bourget et à Antibes pour bloquer les jets privés et yachts des ultra-riches afin de dénoncer leur responsabilité dans la crise climatique. Ces actions ne sont qu’un début : nous appelons poursuivre les criminels climatiques dans tout le territoire !

-Avec Extinction Rébellion, les militants d’Attac ont bloqué vendredi le terminal 1 de l’aéroport du Bourget pendant deux heures, empêchant les ultra-riches de prendre leurs jets privées pour partir en week-end et permettant d’économiser 12 tonnes d’équivalent carbone (voir le communiqué Attac/XR). Suite à l’action, 12 activistes ont passé 30 heures en garde à vue. ADP a annoncé avoir porté plainte et une enquête préliminaire est en cours.
-Le samedi, nous avons bloqué le « Quai des milliardaires » dans le port d’Antibes, où sont amarrés les méga-yachts des ultra-riches. Le portail du quai a été bloqué à l’aide d’une chaîne tandis qu’une banderole « Désarmons les criminels climatiques » a été déployée (voir notre communiqué).
Ces deux actions ont eu un retentissement important tout en suscitant le débat dans les médias et sur les réseaux sociaux.
Criminels climatiques – Attac France    Le gouvernement appelle à des « petits gestes » pour économiser l’énergie ?
Nous répondons par des actions concrètes afin de bloquer les principaux responsables de la crise climatique : les ultra-riches, leur train de vie insoutenable et les industries prédatrices qu’ils possèdent.
Le patrimoine financier de 63 milliardaires français émet au moins autant de CO2 que celui de 49% de la population. Non seulement ils accaparent les richesses, mais ils s’en servent pour détruire la planète.
Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat, Transport | Mots clés , , , , |

Conférence de presse – les habitants d’Ainhoa veulent respirer…(64)

CADE dossier presse Ainhoa beti 24/09/2022 – Le village d’Ainhoa (700 habitants, rural, au pied des montagnes) est traversé quotidiennement par des milliers de véhicules. Partant de ce constat l’association Ainhoa beti s’est créée et réalise des mesures de particules fines. Le village est littéralement asphyxié.
Il en ressort que cette circulation disproportionnée menace la santé des habitants, et qu’il devient urgent de dévier ce flot de véhicules. Le Département veut créer une nouvelle route, de son côté la Mairie veut pérenniser un sens unique.
Une autre solution existe, immédiatement opérationnelle. LIRE le dossier de l’association soutenue par: Respire, Bizi!, le CADE. Dossier_presse_VF_Fr[31177]

Annexe_fuseau_etude[31179]

-Au nom de la préservation de notre santé, nous demandons aux pouvoirs publics (Préfet, Département, commune d’Ainhoa, commune de St Pée) de mettre en œuvre immédiatement une déviation par la route du barrage.
-Au nom de la préservation de la biodiversité, des milieux, des ressources, des terres agricoles nous sommons les pouvoirs publics d’abandonner l’idée de faire une nouvelle route et donc de mettre un terme aux études en cours et d’investir 11 M € sur d’autres projets (pour la santé et la biodiversité par exemple).

 

Publié dans Accueil, Pollution, Transport | Mots clés , , , , , |

DECHETS – enquête chez Reporterre

De l’enfouissement à l’incinération, des décharges sauvages au recyclage, Reporterre explore les impasses et les dérives du traitement de nos déchets dans une enquête en quatre volets. Tout brûler pour ne rien voir ? C’est le prochain épisode… 

© Tommy dessine / Reporterre

Les décharges : un marché juteux et fort polluant (reporterre.net) Que faire des déchets ? Ils finissent en grande partie enfouis (et donc non valorisés) dans des décharges. Celles-ci débordent, prennent feu, polluent, sentent mauvais… Bref, sont fort mal gérées. [ENQUÊTE 1/4] –

Vous lisez la première partie de l’enquête : Brûlés, enfouis, recyclés… Que faire des déchets ? La deuxième partie est ici.

 

Publié dans Accueil, Décharges homologuées, Déchets | Mots clés , , , |

Attention le programme Linky attaque

Mais où est donc passé Sera Airria installateur de compteurs Linky ?

Une nouvelle société semble avoir repris le flambeau de la pose de Linky : « Link Elec Solution »

Depuis quelque temps les personnes du Pays basque qui ont refusé la pose de compteur Linky sont à nouveau contactées par cette société afin de les faire changer d’avis.

Le déploiement des compteurs Linky continue-elle alors qu’Enedis avait toujours assuré que tous les compteurs de France seraient remplacés en fin 2021 ?

1.       Quelques rappels semblent nécessaires

Contrairement à ce qu’Enedis a clamé haut et fort depuis le début, comme cela avait été annoncé par Enedis et confirmé en page 3 de la délibération de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) du 17 décembre 2020 le programme de déploiement du compteur Linky n’a pas tenu ses objectifs de couverture complète du pays en fin 2021.

Comme tout le monde le sait, cela est dû à la forte mobilisation nationale contre ce programme et le Pays basque y a largement contribué.

Plus récemment, lors d’une délibération en date du 24 février 2022, la CRE a finalement annoncé que seul 90% du parc des compteurs a été l’objet du remplacement et avalise le fait qu’après 2021 il existera une phase de « déploiement diffus » jusqu’en 2024, caractérisée par 850.000 poses par an (voir page 5 du rapport de cette délibération).

Dans cette même délibération (voir pages 1 et 5) Enedis insiste pour établir que les gains espérés du programme Linky résident tout d’abord dans des gains économiques à l’échelle du distributeur Enedis, principalement liés à une diminution des coûts de relève et de réalisation des petites interventions sur site.

Puis Enedis essaye de justifier le programme par des gains réputés intéresser la collectivité, provenant :

  • du développement de la télé-opération qui facilite un certain nombre de prestations et en réduit le coût directement au bénéfice des consommateurs,
  • de l’accès à de nouvelles fonctionnalités qui permettent aux fournisseurs de proposer des offres tarifaires innovantes adaptées aux besoins spécifiques des consommateurs,
  • la transmission d’informations plus précises et enrichies sur la consommation réelle qui seraient un préalable indispensable pour développer de façon massive la maîtrise de la demande en énergie.

De tout cela on constate que le premier bénéficiaire du déploiement du Linky est Enedis par l’économie de la relève des index et que les autres principaux bénéficiaires seront les promoteurs de contrats d’électricité prétendument favorables aux consommateurs.

En ce qui concerne la facturation de la relève à pied, cette même délibération indique qu’une proposition de loi sera proposée afin que les utilisateurs « muets » (i.e. non équipés de compteur Linky, n’ayant pas permis l’accès à leur compteur à Enedis et n’ayant pas mis à disposition d’Enedis leurs index de consommation durant un an), seraient facturés d’un coût supplémentaire correspondant à un montant 4,16 €/mois à partir du mois suivant la notification par Enedis.

Un article du CADE en mars dernier faisait le point sur cette relève à pied et précisait le moyen de « mettre à disposition d’Enedis » les index de consommation.

2.       Nous sommes donc dans une nouvelle phase de déploiement de Linky : le « déploiement diffus »

Comme indiqué plus haut les sous-traitants d’Enedis chargés de la pose de Linky sont sommés en d’installer 850.000 par ans jusqu’en 2024.

Tous ceux d’entre nous qui ont auparavant refusé la pose du compteur sont à nouveau sujets à démarchage.

Les sous-traitants précédents, en ce qui nous concerne, par exemple, Sera Airria, n’ont peut-être pas respecté les objectifs de remplacement qui leur ont été spécifiés et nous voyons apparaitre Link Elec Solutions.

Donc lors de la réception d’un avis de passage d’un nouveau sous-traitant d’Enedis, par précaution, il faut adresser copies de toutes les lettres que nous avons envoyées à Enedis (Tarbes et Lahonce) au nouveau sous-traitant pour lui signifier et rappeler notre refus.

De plus, pour les personnes qui résident dans des communes dont les Maires ont pris position pour faire respecter la position de leurs administrés il faut joindre la délibération du Conseil municipal correspondant.

3.       Attention à la nouvelle fonction du Linky

Nous avons tous entendus les appels à la réduction de notre consommation énergétique et le Linky sera certainement mis à contribution pour permettre des « effacements » de consommation.

Cela pourrait se faire par la transmission, par Linky, d’informations sur la consommation réelle d’une habitation, telle que rappelée plus haut et indiquée dans la délibération en date du 24 février 2022, en traitant ces données par une application dédiée.

Cette transmission pouvait et peut se faire également, sans dépendre d’un Linky, avec des produits dédiés (capteur et application).

Il s’agit alors d’une réduction de consommation pratiquée par le consommateur, volontairement, suivant les caractéristiques particulières de son habitation.

Un doute existe, cependant, concernant la possibilité de Linky de piloter une réduction, voire un arrêt de l’alimentation en électricité pendant certaines plages horaires.

Et cet effacement diffus, pratiqué depuis longtemps dans le domaine industriel, ne peut-il pas devenir un effacement piloté par le Linky, indépendamment de notre volonté et surtout malgré notre conscience générale à réduire notre consommation énergétique ?

Publié dans Accueil, Distribution, Énergie, Linky |

LGV – Mobilisation en vue: tous à Langon le 1er octobre!

À l’appel de tous les élus opposés au projet GPSO (Grand Projet Sud-Ouest) avec le soutien et la participation des associations et des collectifs opposés à ce projet. C’est l’association amie, Coordination Vigilance LGV, qui nous incite à participer:

Grande Manifestation à Langon, samedi 1er octobre 2022, 

Rassemblement à 10h, devant la gare 

NON aux lignes nouvelles LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Espagne

NON aux lignes nouvelles AFSB (Aménagements Ferroviaires Sud de Bordeaux) et AFNT (Aménagements Ferroviaires Nord de Toulouse)

NON à ce projet dépassé, climaticide, inutile, dévastateur et d’un coût exhorbitant!

Mais…

OUI à la rénovation et à la modernisation des lignes ferroviaires existantes

OUI à une desserte du territoire au service de tous les habitants

OUI à un réel développement du fret ferroviaire

—> C’est une nécessité et une urgence sociale et environnementale ! Tous mobilisés pour l’abandon de ce projet pharaonique !!!

Le CADE se joint à l’appel afin que nous soyons nombreux à soutenir les opposants de Gironde, département où le projet de LGV du GPSO, qui nous concerne tous, revêt d’or et déjà une grande actualité: à vos pancartes!

APPEL DES MAIRESMairie de Bernos-Beaulac

NON AU PROJET GPSO – Le collectif des élus organise une marche pacifique contre ce projet et en faveur des lignes existantes :
SAMEDI 1 OCTOBRE 2022 A LANGON RENDEZ-VOUS A LA GARE A 10 H.
Tous les maires seront munis de leurs écharpes et accompagnés de leurs conseils municipaux et de leurs administrés.
Monsieur le Sous Préfet a accepté de recevoir une délégation.
SOYEZ NOMBREUX A VENIR DÉFENDRE VOTRE RÉGION.
J.Lartigue Renouil – Maire, co-présidente du collectif
Publié dans Accueil, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , |

Crise de l’énergie: les communes grandes oubliées financièrement, la LGV est d’autant plus hors-sujet

A l’occasion d’un article paru dans le journal Sud Ouest, il paraît incroyable de devoir rappeler que les errements en matière de prix de l’énergie atteignent déjà les collectivités locales…et ce d’autant plus que les finances des communes, et surtout elles, ont été réduites par l’Etat comme peau de chagrin ( « Entreprises et collectivités territoriales doivent aussi bénéficier d’un tarif réglementé de l’électricité et de mesures d’accompagnement pour compenser l’augmentation des prix, ont estimé des élus de l’opposition »…).

C’est aussi l’occasion de redire que les projets d’investissements d’un autre temps (celui de « l’insouciance » et de « l’abondance » est fini, selon le chef de l’Etat…), tel celui des Lignes ferroviaires à Grande Vitesse, en sont d’autant plus inacceptables en période inflationniste. En effet, constat est fait que les communes étranglées financièrement en sont à ne pouvoir  accepter des enfants dans les piscines, les crèches ou les cantines…réduisant de fait l’accès à des services publics tandis que la population, elle, en aurait bien besoin, notamment d’un ferroviaire de proximité pour se déplacer. Si la future taxe LGV qui nous guette devient de plus en plus inacceptable, flécher les ressources sur un tel équipement au coût potentiellement inflationniste, le devient également! Oui, l’heure est grave pour les communes.

Pour information, on pourra écouter et lire ce décryptage, concernant la situation des communes où qu’elles se situent, fait par un élu d’opposition: CLIQUER SUR CE LIEN  https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1489727484862995&id=100014772737563

 

Publié dans Accueil, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

25 septembre : Participez à la vélorution de Bizi à Saint-Jean-de-Luz !

Au moment où sort une offre de transport (voir l’article « Txik-Txak : l’offre globale du Pays basque pour les transports en commun« ), Bizi! entend rappeler que l’offre cyclable alternative n’est pas, elle, au rendez-vous…

Action collective proposée par Bizi! pour obtenir des aménagements cyclables, et qui concerne les 158 communes qui composent la communauté agglomération Pays basque (CAPB).

« 42,9°C à Biarritz en plein mois de juin. La Rhune couverte par l’écran de fumée du méga-feu des Landes. Les communes du territoire placées en alerte sécheresse. Cet été, le Pays basque n’a pas été épargné par les événements climatiques extrêmes. Pourtant à Saint-Jean-de-Luz, la municipalité dirigée par M. Jean-François Irigoyen continue de favoriser outrageusement la voiture – 1er poste des émissions de gaz à effet de serre sur la côte – au détriment des mobilités douces.

Les aménagements cyclables sécurisés se comptent sur les doigts d’une main. À vélo, il faut sans cesse faire face à l’agressivité de certains automobilistes, jamais invités à changer de comportement par des campagnes pédagogiques. Il faut même descendre de son vélo pour traverser le pont reliant Saint-Jean-de-Luz à Ciboure alors que les voitures disposent de quatre voies à elles seules pour s’y déplacer ! C’est le monde à l’envers.

Alors il y a urgence à faire pression sur la municipalité pour obtenir la mise en place rapide d’aménagements cyclables sécurisés et sans discontinuité. C’est pourquoi Bizi organise une vélorution à Saint-Jean-de-Luz le dimanche 25 septembre à 15h au départ du square de Verdun. A suivre,unevidéo… Lire la suite …

Publié dans Accueil, Transport | Mots clés , , , , |

Ferroviaire – NO TAV le Lyon-Turin continue à provoquer des oppositions

Pour rappel, le CADE a soutenu l’opposition franco-italienne contre le projet de LGV du Lyon-Turin (No Tav – voir notre article sur la Charte d’Hendaye contre les GPII LGV – Coordination contre les Grands Projets Inutiles | CADE : Collectif des Associations de Défense de l’Environnement du Pays-Basque et du sud des Landes (cade-environnement.org)).
Rebondissement aujourd’hui avec une demande d’enquête parlementaire en France.🔴 Le Lyon-Turin serait hors-la-loi! 86 députés demandent à faire la lumière sur le non respect des lois sur l’eau et de la Directive européenne dans ce dossier. 

Texte communiqué par le député G.Amard –

« Non Monsieur le ministre, la France ne doit pas financer un projet hors-la-loi en Chartreuse comme ailleurs. »
Communiqué :
« Le ministre chargé des transports Clément Beaune a rencontré mercredi 14 septembre les élus de Lyon pour évoquer le projet de la construction de tunnels transfrontaliers et de ses tunnels d’accès entre Lyon et Turin, dit projet Lyon-Turin. D’après des informations ayant fuité sur les réseaux sociaux et dans la presse, le ministre aurait décidé que le scénario retenu serait celui du grand gabarit pour les tunnels d’accès français, avec un tunnel monotube réservé au fret ferroviaire sous le massif de la Chartreuse.
Je le répète une nouvelle fois : les travaux sont prévus au cœur même des périmètres de protection rapprochés des captages d’eau de nombreuses communes en chartreuse comme tout le long du tracé. C’est interdit par les lois sur l’eau et contraire à l’article 4 de la directive (européenne) cadre sur l’eau. La société TELT siphonne la montagne de plus de 150 litres d’eau par seconde rien que sur des travaux préparatoires en Maurienne, pour construire les tunnels et réduire la pression sur les futurs tunnels. Par an, ce seront de 60 à 125 millions de mètres cubes par an qui seront déversés dans la rivière l’Arc (vallée de la Maurienne, Savoie). Pourtant, une alternative existe : organiser le fret ferroviaire sur la ligne et les tunnels existants (actuellement sous-utilisés) pour organiser le report de 800 000 camions sur des trains. Le coût de cette solution simple est faible – 200 millions d’euros – au regard du budget du projet des tunnels de Lyon à Turin sous Chartreuse, Belledonne, Glandon… (30 milliards d’euros).
Pourtant le Gouvernement accélère. Pourtant lors des questions au gouvernement du 26 juillet 2022, Clément Beaune a insisté sur la nécessité que les collectivités françaises concernées prennent part à son financement. Des communes et intercommunalités responsables de la protection de périmètre de captage devront co-financer des travaux remettant en cause leur approvisionnement en eau potable !
A l’Assemblée nationale, j’ai interpellé la Première ministre, le ministre des transports, la secrétaire d’Etat chargée de l’Europe et Jean Castex nouveau président du conseil d’administration de l’Agence des infrastructures de transport de France. Le 5 septembre, j’ai déposé une proposition de résolution (co-signée par 86 autres député.e.s) visant à la création d’une commission d’enquête afin de faire toute la lumière sur ce projet.
Le Gouvernement s’apprête à présenter le projet de loi de finances (PLF). Je lance l’alerte : pas un euro ne doit aller au projet Lyon-Turin ni dans le PLF, ni via ses agences. J’y serai très vigilant. » #eau #LyonTurin
Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |

Alerte – bientôt la ratification de l’Accord UE-Mexique ? 120 organisations appellent à ne pas le ratifier

Nous avons appris via Politico que l’UE et le Mexique seraient proches de trouver un accord sur les modalités de ratification de l’accord UE-Mercosur, et que celle-ci pourrait débuter d’ici à la fin de l’année. Le CADE relaie les informations concernant les accords commerciaux et s’est joint aux protestations, notamment contre le TAFTA et le CETA; il faut viser l’autonomie alimentaire, des exigences accrues sur les normes européennes, le soutien aux producteurs locaux, afin de nourrir la population avec de l’alimentaire de qualité…Les droits juridiques accordés aux multinationales menacent notre indépendance politique.

Cet accord comprend par exemple un quota de 20 000 tonnes supplémentaires de bœuf qui pourraient être importées en Europe du Mexique : est-ce vraiment ce qu’il faut faire en ce moment ? En conséquence, voici :

– une lettre ouverte endossée par 120 organisations, dont une vingtaine françaises, qui appellent à ne pas ratifier cet accord qui va approfondir la libéralisation du commerce et de l’investissement entre l’UE et le Mexique : ici sur le site du collectif et ici en .pdf

– un thread explicatif à partager

– un post sur facebook à partager

– un guide d’analyse de l’accord UE-Mexique publié par le collectif Stop CETA-MERCOSUR, l’Aitec et Attac France

Merci de nous aider à partager largement. (information émanant de M.Combes, ATTAC)

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation | Mots clés , , , , , |

Les luttes pour les terres agricoles: terres de Gonesse et Saclay

Documentation – Pour ceux qui ont suivi cette lutte contre la Société du Grand-Paris ainsi que contre le GPII Europacity (Gonesse, méga-centre commercial et sa piste de ski artificielle), le journal Le Monde publie  l’appel pour le classement UNESCO sur le web et l’édition papier: un Appel, signé par des scientifiques et personnalités de renom, appelant au classement des terres agricoles de Saclay et de Gonesse au patrimoine mondial de l’UNESCO, vient de paraître dans le Monde (texte complet ci-dessous pour les non-abonnés):
https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/09/14/le-gouvernement-doit-prendre-les-mesures-qui-s-imposent-pour-sauver-les-terres-de-gonesse-et-de-saclay_6141524_3232.html

« Nos sols nourriciers sont en danger » : l’appel pour le classement des terres de Gonesse et de Saclay au patrimoine mondial de l’UNESCO – soutenu par de nombreuses organisations (tract)

Des personnalités du monde de la recherche et de la culture lancent un appel au gouvernement pour le classement des terres du Triangle de Gonesse et du Plateau de Saclay au patrimoine mondial de l’UNESCO. Menacées par la construction imminente de deux lignes de métro du Grand Paris Express, ces terres constituent selon ses signataires un bien commun d’une valeur universelle, appelé à jouer un rôle vital dans la résilience de la métropole parisienne face aux chocs climatiques.

TEXTE – L’été 2022 marque un tournant. Des pics de température à 45 degrés, une sécheresse sans précédent, des incendies et tempêtes qui ravagent des régions entières : par leur brutalité, ces derniers mois ont impressionné y compris ceux qui ne se sentaient pas encore concernés par les effets du dérèglement climatique.

Mais l’effroi qui nous saisit désormais tient moins à la sévérité de ces événements qu’à la certitude de devoir les affronter chaque année, avec une intensité redoublée.

La sagesse voudrait que toutes les politiques publiques se décident à l’aune de cette nouvelle réalité. Chaque choix en matière d’aménagement du territoire, de transport, d’approvisionnement en énergie et en nourriture, devrait compter avec l’épuisement des écosystèmes. Depuis plusieurs années, l’ensemble de la communauté scientifique clame l’absolue nécessité de préserver les sols autour des villes : toute nouvelle artificialisation accroît la menace sur notre avenir.

Aussi, nous, signataires de ce texte, demandons solennellement au gouvernement français de prendre les mesures qui s’imposent pour sauver les terres de Gonesse et de Saclay. Nous lançons un appel pour que ces écosystèmes, dont le rôle est vital pour notre survie, soient classés au patrimoine mondial de l’humanité. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Immobilier | Mots clés , , , , |

La France épinglée lors du bilan de mise en œuvre de la législation environnementale

Pollution atmosphérique, biodiversité, déchets, gestion des eaux et pollution aux nitrates, pollution sonore…

https://www.actu-environnement.com/ae/news/commission-droit-europeen-france-non-conformite-40259.php4#ntrack=cXVvdGlkaWVubmV8MzEyNw%3D%3D[NTYwMzA0]

La Commission critique la France pour non-conformité au droit européen – Qualité de l’air, protection de la biodiversité, pollution sonore, qualité de l’eau, gestion des déchets… La Commission européenne met en lumière les retards de la France à l’occasion de son bilan de mise en œuvre de la législation environnementale. (Dix-huit actions de la Commission sont toujours en cours contre la France concernant l’environnement.)

Un article de Dorothée Laperche pour actu-environnement – Les mesures d’amélioration de la qualité de l’air ainsi que de protection des habitats et des espèces que la France a instaurées ne sont toujours pas à la hauteur des attentes de la Commission européenne. Celle-ci vient de publier les résultats de son examen de la mise en œuvre de la législation environnementale (EIR) par les États membres. Outre un panorama des grandes tendances qui se dégagent à l’échelle européenne, la Commission analyse également la mise en œuvre des décisions européennes dans chacun des Vingt-Sept.

« La troisième édition de ce rapport s’intitule « Changer le cours des choses », et c’est bien notre ambition », pointe Marie-Anne Haure, responsable des politiques conformité environnementale des investissements et mise en œuvre de la politique environnement à la direction générale de l’Environnement de la Commission européenne.

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Climat, Déchets, EAU, Pollution | Mots clés , , , , , |

Répétons-le, la terre doit être nourricière! Pays Basque

Quelques communications post-action de la part de Lurzaindia. Le CADE soutient ces actions.

1 – Arbonne: la mobilisation continue! Merci pour votre soutien et mobilisation! Suite à l’annonce de la vente de 4ha agricoles et des 3 maisons chemin Berroeta à Arbonne, ELB et Lurzaindia ont organisé une conférence de presse jeudi 8 septembre à 12h devant la villa qui avait été occupée l’année dernière. Un an après l’occupation qui avait durée près de 4 mois, nous rappelons notre message : non à la spéculation. la terre doit être nourricière. VIDEO EN LIGNE

2 – Ascarat : encore une fois la mobilisation collective a payé! ELB et Lurzaindia voient d’un très bon œil l’accord intervenu entre la municipalité d’Ascarat et la famille Ainciburu. La mise aux enchères, le 12 mai dernier, des deux maisons et de 31 hectares de terres agricoles aurait pu constituer un événement très grave si des spéculateurs s’étaient disputé les biens tels des vautours. Heureusement, Lurzaindia, ELB et de nombreux habitants d’Ascarat et d’ailleurs se sont mobilisés ce jour-là et grâce à l’audace et au courage de tous, les enchères ont été perturbées et le juge a dû les suspendre. Grâce à cette bataille collective, nous avons obtenu un résultat auquel peu de gens croyaient au départ. Depuis, les relations entre la mairie et les propriétaires, avec l’aide de la Safer et de l’EPFL, ont permis de trouver une issue plus juste pour tous. La commune pourra construire les logements qui lui font défaut et 31 hectares resteront aux mains des paysans. Cette affaire montre une fois de plus que nous sommes dans le juste et que nous avions raison de nous élever contre l’injustice. Alors qu’ELB fêtera ses 40 ans le 10 septembre, la nécessité de son action a encore été prouvée. Cette fois encore, grâce à la solidarité et à la lutte, nous avons préservé deux maisons et la terre agricole. Merci à tous ceux qui se sont mobilisés.

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation | Mots clés , , , , |

Ferroviaire – Parfois un coup d’oeil vaut mieux qu’un long discours

Sur les facebooks d’opposants à la LGV du GPSO auxquels le CADE contribue ( n’hésitez pas à les visiter: NON LGV 40 | Facebook / Non LGV Pays basque – Accueil | Facebook / , un document cartographique permet une visualisation rapide: il s’agit de la couverture ferroviaire en France.

Même sans être actualisée, la carte la plus récente dévoile l’abandon des territoires en ferroviaire de proximité et du quotidien. R. Claraco nous offre ce juste commentaire: « Une analyse d’aménagement du territoire qui démontre que la France cultive le prestige: le France, Concorde et le TGV. Ce dernier n’intervient pas dans le transport du quotidien et a absorbé les budgets de la mission de service public que les citoyens continuent d’attendre de la SNCF. Il faut recadrer l’outil sur la réalité et la fierté serait que la France affiche le meilleur modèle possible pour ses usagers. Tel n’est pas le cas. »

de 1910 à 1930, puis de 2008 à 2014. (agrandir: clic droit sur l’image, ouvrir dans un nouvel onglet)

 

Publié dans Accueil, LGV, Transport | Mots clés , , |

Ne ressortons pas les énergies fossiles!

C’est le cri poussé dans un communiqué par de très nombreuses associations (ATTAC, Amis de la Terre…): voir la liste dans l’article de Basta!

Lettre ouverte publiée dans quatre médias : Énergies fossiles : « Au nom de la guerre en Ukraine, ne ressortons pas tous les projets enterrés ! »En Lorraine, une entreprise surfe sur les débats sur la dépendance au gaz russe pour promouvoir son projet de gaz de couche. Dans cette lettre ouverte, des organisations demandent au gouvernement de ne pas relancer ces projets fossiles. Ni fossiles, ni fissiles, ni ici ni ailleurs.

– image basta : https://basta.media/Lettre-ouverte-Amis-de-la-terre-gaz-energies-fossiles-au-nom-de-la-guerre-en-ukraine-ne-ressortons-pas-tous-les-projets-enterres

– Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/120722/au-nom-de-la-guerre-en-ukraine-ne-ressortons-pas-tous-les-projets-gaziers-enterres

– Politis : https://www.politis.fr/articles/2022/07/au-nom-de-la-guerre-en-ukraine-ne-ressortons-pas-tous-les-projets-gaziers-enterres-44664/

– Reporterre : https://reporterre.net/Au-nom-de-la-guerre-en-Ukraine-ne-ressortons-pas-tous-les-projets-fossiles

 

Publié dans Accueil, Energie-climat, Mines, Pollution | Mots clés , , , , , |