« Le réchauffement climatique accélère l’extinction du vivant en Nouvelle-Aquitaine »

« Le réchauffement climatique accélère l’extinction du vivant en Nouvelle-Aquitaine », c’est le titre d’un article qui fait suite à une étude. (Article de Simon Barthélémy sur Rue89Bordeaux)

De nombreuses espèces sauvages endémiques de la région sont menacées de disparaitre à cause du changement climatique, préviennent les chercheurs de Cistude Nature à l’issue d’une étude scientifique au long cours, les Sentinelles du climat. L’association exhorte les collectivités à se lancer dans une stratégie de conservation des hotspots de biodiversité, mis en péril par l’agriculture intensive ou les projets d’urbanisme ou d’infrastructure.

« Il va falloir se regrouper entre associations pour faire comprendre aux décideurs qu’il y a le feu. C’est un scénario noir : on voit des pertes d’espèces y compris dans des réserves naturelles et des sites protégées, alors les naturalistes se demandent à quoi a servi 30 ans de travail ». Directeur de Cistude Nature, Christophe Coïc confesse donc avoir « le seum » ce jeudi lors de la présentation des résultats des Sentinelles du Climat. Cette vaste étude lancée en 2016 a entrepris de documenter l’impact du changement climatique sur la biodiversité en Nouvelle-Aquitaine.

Celle-ci confirme « que les ours blancs sur leurs glaçons ne sont pas les seules victimes » du réchauffement global qui, après les changements d’usage des terres et la surexploitation du vivant, est une cause majeure de la 6e extinction massive des espèces – la seule population mondiale des vertébrés terrestres a baissé de 68% depuis 1970. Alors que la Nouvelle-Aquitaine est une des régions de France comportant la biodiversité la plus riche, de par la variété de ses milieux et la présence de vastes zones non occupées par l’homme (Pyrénées, cordon dunaire, landes…), elle est aussi l’une des plus exposées à l’élévation des températures – déjà +1,5° depuis 1900.

« Appauvrissement drastique » – D’où la démarche des Sentinelles du climat, un projet initiée dans la foulée du rapport Acclimaterra et soutenu par l’Union européenne dans le cadre du FEDER, la Région Nouvelle-Aquitaine, le Département de la Gironde et le Département des Pyrénées-Atlantiques.

L’apollon, espèce sentinelle des montagnes (Mathieu Molières/Cistude Nature) – Pour mesurer l’impact sur les espèces sensibles à cette mutation, 182 stations ont été dispatchées dans des écosystèmes de la région afin de dénombrer les espèces animales et végétales. Et les conclusions sont sans équivoque : « Papillons, lézards, grenouilles, marmottes, libellules, criquets et végétation de leurs habitats… Les suivis sur le terrain ne laissent pas beaucoup de place à l’optimisme. Bon nombre des espèces sentinelles du climat suivies depuis 6 ans verront leurs populations s’amoindrir, leurs aires de répartition se réduire peu à peu jusqu’à parfois disparaître. La biodiversité néo-aquitaine actuelle est inexorablement vouée à un appauvrissement drastique ».

Des espèces endémiques de la région, et typiques de certains écosystèmes (montagne, prairies, zones humides, littoral), sont d’ores et déjà affectées par l’augmentation des températures et la sécheresse. C’est le cas du Nacré de la Filipendule, explique Fanny Mallard, responsable scientifique du programme : « En 2019, le thermomètre a dépassé les 40° ce qui a entraîné une baisse de leur présence observée dans les pelouses sèches, dites calcicoles. Alors qu’on voyait 10 à 15 individus par stations, il n’y en avait plus que 3 ou 4. Ces espèces sont pourtant spécifiques de milieux habitués à de fortes chaleurs, dans des pelouses sur des coteaux calcaires. Mais on va avoir de plus en plus de températures dépassant les 35° et elles en souffriront. »

Pas de lézard – Aussi, selon les trois scénarios climatiques déterminés par le GIEC en fonction des capacités de l’humanité à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, le nacré de la flipendule est voué d’ici 2100 à une baisse de sa population allant de -50 à -97%, soit une probable extinction cause par la méditerranéisation du Sud Ouest. Idem pour l’apollon, un grand papillon emblématique des Pyrénées, et dont la chenille a besoin de neige pour s’isoler du froid l’hiver.

Le lézard ocellé, espèces sentinelles des dunes atlantiques (Matthieu Berroneau/Cistude Nature) – Ces deux espèces, très dépendantes de leur milieu, pourront difficilement migrer. D’autres ont déjà commencé à le faire, comme le lézard des murailles, très commun dans les Pyrénées : depuis 2011, il a gagné 122 mètres d’altitude, pour s’installer à plus de 2000 m, « là où seul le lézard de Bonnal, endémique de la partie centrale des Pyrénées, était présent jusqu’alors ».

Pour permettre au lézard ocellé de survivre sur la dune atlantique, qui disparait sous l’effet de l’érosion du littoral, et entraine une diminution et un morcellement de l’habitat de ce reptile, Cistude Nature travaille avec l’ONF pour créer des corridors écologiques lui permettant de se déplacer en cas de recul du trait de côte.

Landes and freedom – Les zones humides ne sont pas non plus épargnées par le réchauffement climatiques, notamment les landes. « De plus en plus sèches, elles verront une probable disparition de l’Azuré des mouillères », poursuit Fanny Mallard:

« Ce papillon se déplace peu et il y a peu de chance qu’il colonise d’autres zones. En 2017, un printemps plus chaud et sec a entraîné une diminution d’autres espèces de papillons spécifiques aux landes humides, dont le cycle biologique a été modifié, avec un développement plus précoce des larves. On fait le même constat pour la Rainette ibérique, qui a besoin de se plaquer contre la végétation pour éviter de se dessécher, et subit donc les effets négatifs de la sécheresse. »

La rainette ibérique, sentinelles des lagunes des landes (Matthieu Berroneau/Cistude Nature) – D’où la nécessité de « maintenir une diversité de microhabitats et des microclimats frais », estime l’écologue, car « la rapidité du réchauffement climatique ne laisse pas assez de temps aux espèces pour s’adapter », ni souvent d’échappatoire pour changer d’air.

Faire bouger les collectivités – L’association a identifié des hotpots de biodiversité vulnérables « qu’il serait particulièrement intéressant de protéger pour des enjeux de conservation des espèces », dans le cadre d’une stratégie régionale. La sauvegarde du triangle landais, dont les zones humides sont menacées d’assèchement des zones humides serait une priorité, estime Christophe Coïc.

« Il faut arrêter de planter du pin au bord des lagunes, ou de cultiver du maïs, car ils pompent dans les nappes phréatiques. Or il y a dans ce triangle des reliquats de l’ère glaciaire, des espèces liées à la dernière glaciation que l’on ne trouve qu’ici et dans le nord de l’Europe. »

Autre menace pesant sur le secteur : les projets de LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. « Oui, ce serait impactant, et on est bien entendu contre, même si les grands projets comme GPSO bénéficient quand même d’un suivi par l’Etat pour limiter leurs effets. A côté, il y a des dizaines de projets d’urbanisation, y compris dans l’agglomération bordelaise, qui impactent de manière considérable la biodiversité en artificialisant des terres agricoles, et ceux là passent sous les radars. »

Cistude Nature espère donc faire bouger les collectivités – « qui n’ont pas encore saisi l’urgence de la défense du vivant et du monde sauvage, contrairement au grand public et aux médias ». Alors que son programme vient d’être dupliqué en Occitanie, et pourrait l’être en Normandie et en Bretagne, l’association espère bien voir reconduit leur soutien financier aux Sentinelles du climat.

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Climat, EAU, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |

LGV : le point des dernières infos

L’association Nivelle-Bidassoa vient de publier le dernier numéro de sa revue consacrée à la LGV, qui récapitule les événements de ces dernières semaines. Le combat continue !

Vous pouvez le lire ici :Infos sur la ligne n°64

Tous les numéros de cette revue sont disponibles sur notre site à la rubrique « Transports » puis « Infos sur la ligne : le journal ».

Publié dans Accueil, LGV, Transport |

Une attaque de la Loi ZAN par l’Association des Maires de France

La Loi ZAN, c’est l’objectif de « Zero Artificialisation Nette » des terres, contre l’étalement urbanistique. L’objectif de sobriété foncière était déjà inscrit dans la Loi SRU, mais insuffisamment pour empêcher l’artificialisation de trop « d’espaces naturels ».
Un article de Libération vient rappeler que le débat n’est pas terminé quant à cette loi: les points de vue s’affrontent avec, du côté des Maires, l’argument du besoin en logement, infrastructures de transport et de réindustrialisation, créant une inégalité entre les territoires ainsi que des communes au niveau des SCOT. Que l’on se fasse une idée à la lecture de l’article…

EXTRAITS – L’Association des maires de France attaque deux textes de loi imposant aux communes de freiner au maximum l’urbanisation pour atteindre le «ZAN». Un objectif louable à condition qu’il n’aggrave pas la crise du logement.

Le ZAN est-il menacé d’embourbement ? Cet objectif de sobriété foncière est pourtant l’une des principales avancées de la loi Climat et Résilience adoptée en août 2021. Le titre V de la loi, intitulé «Se loger», comporte ainsi plusieurs dispositions visant à adapter les règles d’urbanisme pour lutter contre l’étalement urbain et protéger les écosystèmes. A commencer par son article 191, qui prescrit de diviser par deux le rythme d’artificialisation des sols tous les dix ans pour atteindre l’objectif national de «zéro artificialisation nette» (ZAN) en 2050 – la consommation de référence étant celle observée au cours des dix années précédant la promulgation de la loi. Cet objectif n’est pas incantatoire, il sera inscrit dans le code de l’urbanisme et nécessitera que les communes et intercommunalités adaptent leurs documents de planification.

En France, 20 000 à 30 000 hectares sont artificialisés chaque année, selon le ministère de la Transition écologique, qui le définit ainsi : «Ce phénomène consiste à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ou de transport (habitat, activités, commerces, infrastructures, équipements publics…).» Pour respecter le ZAN, les communes sont encouragées à construire dans le périmètre de zones déjà urbanisées, notamment en recyclant des friches. Sinon, elles devront compenser en «renaturant» des surfaces construites. Ainsi, l’artificialisation nette des sols est définie par la loi comme «le solde de l’artificialisation et de la renaturation des sols constatées sur un périmètre et sur une période donnés» »…LIRE LA SUITE SUR LE LIEN D’ARTICLE

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Immobilier | Mots clés , , , , , |

Autoroute ferroviaire Cherbourg-Mouguerre : communiqué de presse commun du CADE et de Mouguerre Cadre de Vie

Pour dénoncer le projet d’autoroute ferroviaire Cherbourg-Mouguerre et l’absence de concertation à Mouguerre, le CADE et l’association Mouguerre Cadre de Vie ont publié un communiqué de presse commun envoyé à la presse de Cherbourg. Nous espérons ainsi alerter les habitants de Cherbourg alors qu’une concertation du public démarre chez eux (jusqu’au 15 juillet), puisque ce sont 7 passages à niveaux qui devront être fermés en plein centre-ville.

Le report modal espéré ne sera que dérisoire (84 camions par jour grand maximum alors que le trafic à Biriatou est de 9000 camions par jour). Investir 58 millions d’euros d’argent public et artificialiser plusieurs hectares de terres humides à Mouguerre, bloquer Cherbourg deux fois par jour, le tout pour grand maxi 84 camions ! On est loin du « projet ambitieux » décrit.

A Mouguerre, pas de concertation du public prévue, mais une simple « information préalable » qui ne permettra pas d’interagir avec les décideurs. C’est donc une revendication que nous portons qu’il y ait concertation à Mouguerre et enquête publique pour l’ensemble du projet.

Lire le communiqué de presse envoyé à Cherbourg ici : communiqué presse autoroute ferroviaire Mouguerre

Lien vers la concertation à Cherbourg (la réunion publique annoncée le 29 juin ne sera malheureusement qu’en présentiel) : http://www.pna-ports.fr/web/projet_de_ferroutage_cherbourgbayonne.html

 

 

Publié dans Accueil, Fret, Transport |

Halte à la spéculation! ce samedi 25 juin, Ainhoa

L’ association Ainhoa beti communique et compte sur votre mobilisation:

« Nous organisons à Ainhoa une manifestation contre la spéculation, cela concerne bien sûr tout le Pays Basque (et d’autres contrées).

Nous nous rassemblerons le samedi 25 juin à 11h à l’entrée du village. C’est organisé par l’association Ainhoa beti, mais nous souhaitons que ce soit porté par la société civile, qu’elle s’implique. Les associations partenaires peuvent venir avec leurs banderoles bien sûr.

Pour information, la maison dont il est question sur le prospectus a été achetée 470 000 euros il y a environ 1 an, et elle est mise en vente 2 000 000 euros. Pas besoin d’être bon en maths pour comprendre…Une autre maison (rien d’exceptionnel) s’est vendue 960 000 euros en moins d’un mois sur Ainhoa. Un T2 est en vente 460 000 euros…

Comment allons-nous pouvoir continuer à vivre au Pays Basque? D’avance merci pour votre relai et votre présence. Tous unis nous serons plus forts. »

Le CADE soutient et appelle à participer: la spéculation immobilière déjà présente sur la côte s’étend maintenant vers l’intérieur. Nous devons préserver les terres agricoles et, dans le même temps,  permettre aux habitants de vivre, travailler sur le territoire sans devoir faire quotidiennement des déplacements d’éloignement qui engorgent les axes routiers et coûtent cher. Il est temps de nous mobiliser pour empêcher la spéculation immobilière.

 

Publié dans Accueil, Immobilier | Mots clés , , , , |

Une antenne 4G « débranchée » sur décision de justice

Petit à petit, la réalité de l’impact des champs électromagnétiques (CEM) commence à atteindre quelques « unes » des journaux.

Mais évidemment il faut endurer quelques tristes constatations pour éveiller la conscience des pouvoirs publics, repliés derrière des législations venus d’on ne sait où et promues pas des entités plus enclines à protéger un statu quo plutôt que de lancer les études qui pourraient établir la réalité de l’impact des CEM (cas de l’ICNIRP dont les directives sont maintenant internationalement contestées et du Décret n°2002-775 du 3 mai 2002 pris en application du 12° de l’article L. 32 du code des postes et télécommunications qui ne fait que recopier ces directives).

Une lueur d’espoir nous vient du Massif Central où les exploitants d’un GAEC ont obtenu du Tribunal Administratif de Clermont Ferrand de « débrancher une antenne 4G » pour analyse de son impact à la suite de la mort plusieurs bêtes de cheptel de vaches de cette exploitation.

Une antenne 4G « débranchée » sur décision de justice après la mort de dizaines de vaches

Ainsi sur le site du Tribunal administratif de Clermont-Ferrand nous pouvons lire :

Depuis la mise en service d’une antenne de téléphonie mobile à 250 mètres de l’étable, le comportement des vaches laitières d’une GAEC est inquiétant : diminution d’un tiers de la production, regroupement des animaux, mortalité des veaux multipliée par 4.

« Par une ordonnance de référé, le juge judicaire, à la demande de ce GAEC d’élevage laitier, a ordonné une expertise aux fins de déterminer l’impact du fonctionnement d’une antenne relais de téléphonie mobile sur le comportement des vaches laitières, construite par O. En revanche, sur demande de l’expert, ce juge s’est estimé incompétent pour ordonner l’arrêt du fonctionnement de l’antenne pour pouvoir observer le comportement de ces vaches.

Saisi par la voie du référé mesures utiles, le juge administratif des référés a retenu l’urgence et l’utilité (sans qu’il soit fait obstacle à une décision administrative) : il a ordonné cet arrêt provisoire de l’antenne, avec toutes les mesures prises pour la sécurité publique, notamment l’organisation des secours, et ce durant deux mois, pour permettre à l’expert d’observer le comportement de ces animaux, par nature dix fois plus sensibles que l’homme aux effets de l’électricité. »

L’ordonnance correspondante est disponible ici.

Nous devons avoir à l’esprit que le « New Deal Mobile » consiste à développer tout un ensemble d’antennes  mobiles « 4G » et « 5G » (700 Mhz) dans la mojorité des zones rurales sans forcément tenir compte de la mutualisation possibles des pylônes et sans forcément tenir compte des imapcts potentiels sur les personnes, les animaux  et la flore.

Publié dans Accueil, Réseaux, Télécommunications |

LGV – Réponses des candidats – Questionnaire Législatives 2022

Comme il le fait régulièrement, le CADE a interrogé les candidates et candidats aux législatives  des 5ème et 6ème circonscriptions des PA et 1ère et 2ème des Landes qui sont concernées par le tracé envisagé. (voir pièces jointes PA et Landes):  lettre législativesLGVLandes[27709]    lettre législativesLGV PA[27708]

Vous trouverez ci-dessous leurs réponses ou non réponses:  QUESTIONNAIRE Legislatives 2022 Réponsescandidat(e)s

Précisons tout de suite qu’il ne s’agit pas de consignes de vote. D’une part parce que les membres de nos associations sont multiples et que d’autre part, les choix des électeurs s’effectuent sur bon nombre de thématiques autres que le projet de LGV. Disons qu’il s’agit pour nous d’un éclairage sur cette thématique.

Nous avons mis un fond vert aux réponses qui principalement nous rejoignent. Nous ne recommandons pas les réponses à fond rouge. Pour les fonds rouges nous attirons pourtant votre attention sur le fait qu’il y a plusieurs cas de figures. Il y a ceux qui sont favorables au projet LGV, ceux qui ne nous répondent pas parce qu’ils sont favorables et se défilent, ceux que nous avons eu du mal à joindre, ceux que nous n’avons pas pu joindre. Nous aurions pu laisser le bénéfice du doute à ces derniers mais cela aurait pu donner un feu vert sans garanties. Aussi avons nous mis un feu rouge et signalé dans le cadre les précisions.

Enfin, comme nous considérons nos ami(e)s comme des personnes autonomes et perspicaces nous avons joint une quatrième pièce jointe qui illustre bien que même avec des réponses conformes à nos attentes, nous ne sommes pas à l’abri de curieuses volte-face. Que cela aiguise notre vigilance: ARCHIVE Rousset

Et tant qu’à vous inonder d’informations, une cinquième pièce qui actualise les trafics ferroviaires: il n’y a pas saturation des voies. NON SATURATION trafic 2019 comparé au Débat public

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

LGV – un week-end de visibilisation des protestations et une ZAD de plus!

Un week-end de « bruit » visuel en Gironde, le CADE a demandé à ses associations de placer également nos banderoles pour soutenir la protestation contre la LGV du GPSO. Ici, du côté d’Ustaritz

Sur ACTU.fr LGV Bordeaux – Toulouse : les opposants annoncent la création d’une ZAD en Gironde | Le Républicain Sud-Gironde (actu.fr)

« Ce samedi 4 juin 2022, à Noaillan (Gironde), l’annonce est officielle : les opposants à la LGV Bordeaux – Toulouse montent une zone à défendre : la ZAD de la vallée du Ciron.

Ils avaient promis une « grosse annonce ». Ils ont tenu leur promesse. Les membres du collectif Nina, opposés au GPSO et au projet de ligne à grande vitesse (LGV) entre Bordeaux et Toulouse, se sont réunis ce samedi 4 juin 2022, à Noaillan (Gironde). Et ils ont donc annoncé qu’une ZAD allait voir le jour.
Cette zone à défendre « impliquera ce que nous y mettrons dedans », commente Richard Lavin, opposant à la LGV du collectif Nina. Avant de préciser, au nom du collectif, « nous nous inscrivons depuis le début dans cette défense de la vallée du Ciron, elle devient donc une zone à défendre (ZAD). »
Au moment de la création du collectif Nina, ses responsables avaient expliqué que l’installation d’une ZAD était l’une des solutions envisagées pour contrecarrer le projet porté notamment par Alain Rousset et Carole Delga, Présidents des conseils régionaux de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie. « Le Sud-Gironde est la plus grande zone à défendre de France. Pour nous, rien n’est interdit », confiaient-ils alors… »

À partager au maximum pour faire du bruit ! Merci au réalisateur, à son équipe et aux figurants pour ce magnifique clip. La lutte continue !
voir les autres publications et vidéos sur la page: NON LGV 33 | Facebook
Nos autres facebook liés au CADE: NON LGV 40 | Facebook
Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Climat, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

Mines – les sites empoisonnés en France

Un passionnant article sur  fait le point des problématiques liées à l’extraction minière en France: « Exclusif : la liste des sites miniers empoisonnés que l’État dissimule »

« L’extraction minière a provoqué une pollution durable de la France. L’Etat en a fait l’inventaire, mais il le cachait jusqu’à présent. Reporterre publie cet inventaire pour toutes les régions, ainsi qu’une carte des territoires empoisonnés par les déchets miniers. 

Si vous êtes une entreprise minière et que vous cherchez des gisements à exploiter en France, vous les trouverez sans difficulté. Le Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM) vous a préparé un atlas, complété par des bases de données et un portail sur le site Mineralinfo.

Si vous cherchez à visiter des musées de la mine, pas de problème non plus : le BRGM les a cartographiés sur son site pour vous encourager à aller admirer notre patrimoine industriel. En revanche, on trouve peu de documents publics permettant de comprendre que plusieurs siècles d’exploitation minière en France ont créé une montagne de problèmes insolubles.

En 2006, la Commission européenne a émis une directive pour obliger les pays membres à améliorer la gestion des déchets des industries extractives. « Les déchets miniers représentent les volumes de déchets les plus conséquents de l’Union européenne, a-t-elle constaté. Ils peuvent contenir de grandes quantités de substances dangereuses. »

De fait, la mine est le secteur industriel qui produit le plus de déchets. C’est logique : pour exploiter un gisement, on va d’abord extraire de très importants volumes de roches qui en barrent l’accès, les « stériles ». .. LIRE L’ARTICLE

 

Publié dans Accueil, Déchets, Mines, Pollution, Pollution industrielle | Mots clés , , , , |

Pollutions viticoles…et pas que

C’est la Confédération Paysanne qui nous informe: il est temps de passer à un autre monde, où le droit à polluer doit cesser, dans les vignes, comme ailleurs! Le CADE est solidaire de l’analyse et de ces attentes professionnelles.

Le Syndicat des vignerons manifeste une fois de plus 
pour le droit à polluer – Communiqué de presse, Limoux le 2 juin 2022.

« Alors que deux viticulteurs étaient convoqués par l’Office Français de la Biodiversité à Carcassonne suite à un contrôle sur les zones de non traitement (obligation de maintenir une bande enherbée de 5 m aux abords des cours d’eau), le Syndicat des Vignerons bloquaient la rocade à Trèbes pendant plusieurs heures en brûlant des pneus !
En d’autres circonstances, face à d’autres manifestants, les forces de l’ordre seraient rapidement intervenues pour déloger 150 personnes à coup de gaz lacrymogène de la voie publique. (On sait de quoi on parle.)
Mais lorsqu’il s’agit du lobby du syndicat majoritaire, avec dans la manifestation les présidents de la chambre d’agriculture et celui de la FDSEA, les gendarmes se contentent de mettre en place une déviation et les fonctionnaires de l’OFB sont priés d’ouvrir leur porte.
La suppression de centaines de km de cours d’eau lors de la révision de leur cartographie en 2018, « grâce » aux contributions de la Chambre d’agriculture, de la FDSEA et du syndicat des vignerons, ne suffit donc pas à ces organisations ; qui veulent toujours plus d’argent public mais toujours moins de contraintes environnementales.

Que le public ne s’y trompe pas, ce n’était pas LA profession agricole qui manifestait, brûlait des pneus et hurlait contre les contrôles et les fonctionnaires, aujourd’hui à Trèbes.
La Confédération paysanne reçue hier par le nouveau Ministre de l’agriculture, a bien compris qu’il n’y aurait pas de changement de cap et la démonstration de ce matin sur notre département en est une malheureuse preuve.
L’État s’est une fois de plus agenouillé devant l’ancien monde, celui que la plupart des citoyens aspirent à changer.

Les élections législatives approchent, c’est sans doute le moment opportun pour celles et ceux qui désirent un changement progressiste et écologique, de se faire entendre. »

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, EAU, Pollution, Pollution de l'eau, Pollution des sols, qualité | Mots clés , , , |

NON LGV – Action collective en simultané

Pays Basqueà l’initiative du CADE – Affichage de banderoles vertes et blanches de 4m de long à l’entrée des villages. Cela commencera un peu avant le 4 et se terminera un peu après.

Sud-Gironde – Journée Manifestive organisée par le Collectif NINA

de 15h à 23h à Noaillan, près de Sauternes, sur l’aire naturelle d’Antonion (Programme en PJ). Stands d’infos et de producteurs, Ateliers, Jeux, Bal champêtre, Buvette et Restauration, Concert, Projections,…Conférence de presse à 18h – 2022-06-04-JOURNEE MANIFESTIVE-COULEURS-2[27431]

Le film tourné à Cazalis le 15 mai sera projeté – Sud-Gironde : les opposants à la LGV se mettent en scène pour tourner un clip contre le projet ferroviaire

Bordeaux – STOP LGV Bordeaux Métropole Pour les transports du quotidien vous invite à un Rassemblement festif : https://fb.me/e/3dPXWrXKc

– 12h gare St Jean (fanfare(s),animations) contre le désastre écologique, économique et social que va produire ce projet ligne TGV.
– 15h Rdv à  à la Manifestive à Noaillan – Covoiturage organisé : https://framadate.org/swjr1EefDjFd87Mf

Envoi d’un communiqué de presse – Contact: stoplgvbdxm@gmail.com Facebook : Stop LGV Bordeaux Métropole 

Saint Médard d’Eyrans – Journée panneaux organisée par l’association LGVEA toute la journée sur les communes de l’Arruan touchées par les AFSB et LGV
Rendez-vous à 9h devant la salle des fêtes de Saint Médard d’Eyrans. Délégation de LGVEA samedi après midi à la Manifestive à Noaillan. http://lgvea.over-blog.com/

Tarn et Garonne – Délégation de la Coordination Alternative Midi-Pyrénées  à la Manifestive à Noaillan. http://lgv-legislatives-2012.over-blog.com/

 

 

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |

Ferroviaire – un article témoignage de cheminot

🔴 TRANSPORTS ET CLIMAT
Commentaire très intéressant d’un article de Nice-Matin repris de B.Borgialli
Les politiques de métropolisation des TER par des délégations de service public sur fond de concurrence, n’iront pas dans le sens d’un maillage fort du territoire et d’un accès plus juste aux trains !
D’ailleurs le premier lot choisi par la concurrence est sur l’axe le plus facile, Marseille-Nice, moyennant des efforts substantiels de la collectivité pour que réussisse ce hold-up du service public ferrovaire.
Il va s’opérer un resserrement de l’activité sur les zones fortement urbanisées où il y a la garantie d’un remplissage, d’un cadencement pour assurer la viabilité des entreprises qui prennent des marchés publics avec des structures légères, des effectifs rationalisés et précarisés à l’extrême pour dégager des marges d’une enveloppe budgétaire publique en augmentation et qui leur est dédiée.
Ainsi les investissements massifs se font par l’argent public et par anticipation sur les grands axes, les travaux, le changement de système de signalisation, les nouveaux trains TER normalisés pour réduire les coûts de maintenance, améliorer l’accès au réseau et éliminer une grande partie des problématiques techniques de circulation et de maintenance !
Leur but est de satisfaire à des modèles d’entreprises qui viennent prendre du clef en main, transférer les personnels de l’entreprise historique sous menace de licenciement, offrir des matériels (neufs) un réseau (rénové) des ateliers de maintenance (réhabilités) le tout sécurisé par des contrats de 30 ans renouvelables par périodes décennales, quand les conventions avec la SNCF étaient elles revues tous les 5 ans !
Les promesses intenables d’un modèle venu pour faire ses bénéfices et qui échoue chez nos voisins Européens, obligés aujourd’hui de revoir l’ensemble du système ferroviaire ! Pendant ce temps en #France on assiste à une destruction de l’entreprise publique SNCF, un cadeau en or aux filiales de boîtes ferroviaires qui vont laminer les droits sociaux et n’empêchent pas ce qu’on constate à chaque fois qu’on privatise les services publics, des augmentations de tarifs pour les usagers et la collectivité et une dégradation des services ! Une fois le filon épuisé, ces entreprises céderont à nouveau à l’état la mission de réparer le désastre, ainsi les citoyen-nes seront passés deux fois à la caisse , pour tout renover et acheter du matériel neuf et ensuite pour réparer les dégâts !
En attendant, on compte aujourd’hui 41 tarifs TER différents en France ce qui revient à une balkanisation du réseau ferroviaire devenu injuste et inégal et pour le moins illisible ! Les correspondances deviennent plus rares et les assurances font leur beurre sur les défauts de parcours qui vont s’accentuer sous forme de rupture de charge lorsque vous passerez d’un opérateur à un autre, entre entreprises différentes, autant vous dire que l’une n’assumera pas le retard de l’autre etc. !
Malgré la terrible expérience de l’ouverture à la concurrence du FRET et des trains internationaux, les idéologues du marché persistent et les perdant-es sont toujours les mêmes, les gens et le climat !
La reconstruction d’une capacité générale à faire face aux besoins de transports collectifs du pays dans un contexte de changement climatique prend tout son sens […]autour d’un pôle public des transports. […]
▶️ Ce n’est pas de moi, mais d’une usager impliquée sur la ligne Birancon/Marseille :
« Laisser faire cette infamie, c’est être un peu plus condamné a la discrimination de la distance. De plus, ce qui n’est pas écrit, suppression du tarif enfant qui était à moitié prix jusqu’à 12 ans. Définitivement, Marseille Briançon sera moins cher en voiture qu’en train, un scandale nuisible au budget des ménages et a l’indispensable lutte contre le réchauffement climatique. »
[NDLR en période électorale, les références au mouvement politique cité sont enlevées]
Publié dans Accueil, Climat, Fret, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

de Bizi!, « Si c’est faisable, faisons-le! », un nouvel article

Extraits du dernier article de Bizi!

« Il n’y a pas d’alternative. » Margaret Thatcher – Edito – Margaret Thatcher avait donc raison ! Nous n’avons désormais plus le choix. La transition écologique s’impose, maintenant et partout. Le dernier rapport du GIEC nous le rappelle une nouvelle fois. Les citoyens d’ici et d’ailleurs en ont pleinement conscience. Nous ne sommes ni sourds ni aveugles aux rapports scientifiques et aux catastrophes qui s’enchaînent. Et nos « représentants » alors ? Les programmes électoraux des récentes présidentielles comme les rapports accablants des sentinelles écologiques le prouvent : face aux innombrables alertes et mises en garde, ils semblent sourds, aveugles et muets comme les trois petits singes, ou comme l’autruche qui plonge sa tête dans le sable. Mais nous qui ne sommes ni singe ni autruche, allons continuer à crier fort et nous agiter en tous sens pour que ces bêtes-là nous entendent et nous voient…

On l’a fait ! Dénoncer la LGV et la spéculation immobilière lors de la manif du 1° mai – Bizi! a toujours participé activement à la manifestation du 1° mai, signe du lien fondamental entre lutte écologique et lutte sociale. Cette année encore, aux côtés de 7 autres organisations rassemblées derrière le slogan “Pour un monde juste, soutenable, solidaire : l’alternative c’est nous !“, les militant.e.s ont contribué à l’animation d’un défilé festif qui a rassemblé 2500 personnes à Bayonne.

Bizi! s’est associé à Alda pour dénoncer le délogement des jeunes et des classes populaires par la spéculation immobilière et le projet de LGV. Le camion sono des deux associations mettait en scène Emeki Luke déjouant le projet de LGV, “le retour de la grande arnaque”, en arrêtant les 4 daltons : Joe Rousset, William Castex, Jack Brisson et Averell Lasserre. Ces derniers représentaient des élus qui se sont particulièrement distingué dans leur soutien à la LGV, projet climaticide qui menace d’accélérer la précarisation des plus fragiles… LIRE L’ARTICLE de mai 2022 Bizi ! – D’autres mondes sont possibles. Construisons-les ! (bizimugi.eu)

 

Publié dans Accueil, Climat, Immobilier, LGV, Transport | Mots clés , , , , |

Restitution après le rassemblement régional à Bordeaux et document de requête

1- Vous le savez, nous avons décidé, associations et particuliers, en grand nombre, de déposer un recours le 14/04 contre le Plan de financement de la LGV du GPSO (Nouvelle-Aquitaine sous forme de REQUETE INTRODUCTIVE D’INSTANCE – le document présente les faits, la discussion qui en naît (motifs), et la demande (annuler, condamner) Requête Version Finale TA Toul[26074]

CONTRE :
1. Le « plan de financement GPSO » signé le 18 février 2022 (pièce 1) ;
2. Les signatures des présidents des collectivités qui n’ont pas été mandatés pour signer sa
dernière variante en date du 7 Février 2022 ;
3. Les délibérations des collectivités locales qui ont préalablement adopté des variantes :
• La délibération en date du 25 novembre 2021 de Bordeaux Métropole (pièce 2) ;
• La délibération en date du 7 février 2022 de la Région Aquitaine (pièce 3) ;
• La délibération n°2021120280 du 13 décembre 2021 du Conseil de Mont-de-Marsan
agglomération (pièce 4) ;
• La délibération n°05-001 en date du 16 décembre 2021 du Conseil Départemental des
Pyrénées Atlantiques (pièce 5).

I- LE PLAN DE FINANCEMENT EST INSINCERE

II- LES MODALITES D’ADOPTION DU « PLAN DE FINANCEMENT GPSO » EN DATE
DU 7 FEVRIER 2022 EXCLUENT QU’IL PUISSE ETRE CONSIDERE COMME ADOPTE
LE 18 FEVRIER 2022

III- – LA VIOLATION DE LA LOI LOM

2- Médiatiquement bien relayé, notre rassemblement de citoyens et d’associations opposantes à la Lgv du GPSO du 30 avril à Bordeaux, n’est inconnu de personne, et surtout pas des politiques…qu’ils se le disent, nous sommes là!

  • De nombreuses publications et contributions sur le 30 sont bien relayées par nos facebooks, vous pouvez les y retrouver et vous abonner  NON LGV 40 | Facebook et https://www.facebook.com/NonLGVPaysbasque/ 
  • Il est intéressant de retrouver les argumentaires, et notamment celui du CADE; le bref temps d’exposition s’est fait sous forme de slides. Retrouvez ici la présentation argumentée du CADE: CADE Diaporama Meeting 30 04 22[26073]
  • Enfin, l’association « ACE Environnement » du CADE a  enregistré en vidéos les 10 interventions associatives, applaudies par les présents! Ci-dessous avec le nom des associations opposantes (elles correspondant aux diaporamas présentés).

Présentation du Meeting Non LGV à l’Athénée le 30 avril 2022 – https://www.youtube.com/watch?v=dMEJ9Jl5zt0

Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux – https://www.youtube.com/watch?v=TpvntlBdbrU

Patrick Puech , Alternative LGV Midi-Pyrénées – https://www.youtube.com/watch?v=pzIWM2bwTJU

Alain Dewerdt – Coordination 47 – https://www.youtube.com/watch?v=YrVAle9s1Pw

Pierre Recarte CADE – https://www.youtube.com/watch?v=-6rR0E4aDbI

Philippe Barbedienne – Sepanso en représentation de Catherine Letaconnoux – Les Amis de la Terre Landes – https://www.youtube.com/watch?v=5fQDFjszA-I

Philippe Barbedienne – Sepanso – https://www.youtube.com/watch?v=fKdUyyC8fkQ

Germain Suys – Trans’Cub – https://www.youtube.com/watch?v=8ANCUcPOiAk

Stéphanie Mariette – Collectif Bx-Métropole – https://www.youtube.com/watch?v=FhWzIfiMOyY

Bernard et Richard Lavin – Collectif NINA – https://www.youtube.com/watch?v=_7EXJgKgyTg

 

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , , , , |

S’opposer à la LGV? c’est technique mais communicable pour gagner des opposants!

Parmi les organisations opposantes réunies le 30 avril à Bordeaux, Trans’cub communique ses slides afin de faire comprendre son opposition.

Nous les publions: il est intéressant de se familiariser avec les arguments qui permettent de contrer les élus décideurs, plus il y aura d’impliqués et compétents pour contester, plus nous saurons mobiliser contre ce projet de LGV du GPSO, et où que ce soit sur le territoire concerné.

   

 

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , |

Un guide pratique pour des antennes relais respectueuses du paysage et de la biodiversité

dans : Actualité Club Techni.Cités, Documents utiles, France

Fin avril, l’Agence nationale de la cohésion des territoires et le ministère de la Transition écologique ont publié un guide pratique pour l’intégration paysagère et la prise en compte des enjeux de biodiversité dans les projets d’installation d’antennes relais.

« Des mesures doivent être prises et présentées par les opérateurs mobiles et d’infrastructure mobiles afin d’éviter ou de limiter les impacts des nouvelles antennes relais sur le paysage et la biodiversité ». Le 22 avril, le Programme France Mobile de l’ ANCT et le ministère de la Transition écologique ont publié un guide pratique intitulé : Antennes relais, un guide pratique pour l’intégration paysagère et la prise en compte des enjeux de biodiversité.

Ce guide s’adresse aussi bien aux opérateurs mobiles qu’aux autorités compétentes (collectivités locales et Etat). Il n’est pas question ici de santé publique, mais bien d’intégration du projet dans son environnement.

Avec une mise en garde, cependant, de la part des auteurs : ce document n’a pas de valeur juridique.

Un principe guide Lire la suite …

Publié dans 5G, Accueil, Télécommunications | Mots clés , , , , |

Rapport d’Enquête Publique sur le réacteur 1 du Tricastin

ASSEZ INTÉRESSANT À LIRE – enquête sur les propositions d’EDF… Et la prolongation ? 🤔 une présentation ci-dessous, commentée par STOP Tricastin

(Crédit photo: Rapport de l’enquête)
Le rapport d’Enquête Publique sur le réacteur 1 du Tricastin vient d’être publié sur le site de la préfecture de la Drôme – Important, intéressant, mais décevant…
Nous pensions que cette enquête visait à informer le public et lui permettre d’exprimer son avis sur les conditions de la poursuite du fonctionnement de ce réacteur après quarante années de fonctionnement et son 4ème réexamen périodique.
En réalité cette enquête visait à informer le public et lui permettre de formuler ses observations et propositions sur les dispositions proposées par EDF, dispositions que l’ASN doit, après l’enquête publique, autoriser en tout ou partie. Mais sans aucune référence à une prolongation après 40 ans .
Dans les faits l’immense majorité des 1834 contributions citoyennes enregistrées ne concernent que très rarement ces dispositions. Elles sont pour la plupart d’ordre général et portent sur la poursuite ou non du réacteur au-delà de 40 ans.
C’est donc autour de cette idée de « poursuite » que les avis ont été donnés, soit défavorables pour 1/3 des contributions, soit favorable pour les 2/3 d’entre elles.
AVIS FAVORABLE DE LA CLIGGET (Commission Locale d’Information des Grands Équipements Énergétiques du Tricastin) ,

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie, Pollution | Mots clés , , , |

Une année de mobilisation anti-5G dans la vallée de l’Arberoue

Voici un intéressant document d’Arberoa Bizirik, d’Aiherra Bizirik et d’Arberoa Babestu sur la 5G, cheval de Troie de notre « nouveau monde ». La lutte qu’ils ont entamé contre un projet de Free est celle du bon sens contre une fuite en avant numérique vers des points cycliques indéfinis.

C’était un lundi, le lundi 29 mars 2021 ; nous étions une trentaine de personnes réunies sur le sommet d’une colline surplombant la vallée de l’Arberoue.

Un appel avait été lancé dans le but de se retrouver là haut à midi pour faire bloc face à un projet d’antenne 5G de Free mobile.

Le temps exceptionnel ne nous a pas seulement donné des coups de soleil mais également les conditions parfaites à un rassemblement festif comme on sait les faire. Chacun avait apporté son pique nique, sa boîte de pâté maison, son pain, ses bières et bouteilles de vin. Les conversations partaient dans tous les sens mais un sujet principal dominait : la 5G, mais aussi tout son monde : ondes, écologie, politique, société, capitalisme, identité,…

La fête fût quelque peu perturbée vers 13h lors de l’arrivée du premier pion de Xavier Niel, patron de Free, un conducteur de travaux de la société Axian (sous traitant de Free) indéniablement gêné par la situation. Il semblerait qu’il n’avait pas l’habitude de trouver des opposants sur leurs chantiers.

L’échiquier se met en place au fur et à mesure que les ouvriers, responsables, huissier et gendarmes arrivent. Nous ne sommes pas beaucoup mais nous sommes tenaces, Free le comprendra vite. Renforcé par la presse, notre groupe est plus uni que jamais et malgré les
menaces et les tentatives de passages nous ne bougeons pas. Ils ont également essayé de nous faire changer d’avis en vantant les soi-disant bienfaits de ce nouveau réseau…

Une tentative de conciliation avait eu lieu deux semaines avant à la mairie de Saint Martin d’Arberoue en présence d’élus, de membres du collectif, du Collectif des Associations de Défense de l’Environnement (CADE), de représentants de la Fibre64 ainsi que de Free bien entendu. Il est évident que nous n’avions pas réussi à nous mettre d’accord.

Les responsables n’avaient pas l’air d’être au courant de cette entrevue et encore moins du fait que la commune avait voté un moratoire contre la 5G quelques jours auparavant.

Au bout de deux heures de « négociations » et devant le constat d’un sérieux manque d’organisation au sein même de leur entreprise, le chef de chantier décide de faire demi tour.

Le chantier est reporté ! Victoire !!

Comment nous sommes nous retrouvés sur cette colline ? Pourquoi ? Qu’est ce que la 5G ? Quels sont les problèmes liés à cette technologie ? Que pouvons nous faire contre elle ? Qu’est-ce que la 5G ? Lire la suite …

Publié dans 5G, Accueil, Opérateurs, Réseaux, Télécommunications |

NON LGV – Un article de synthèse sur l’action du 30 avril nous donne la parole

  « Un projet absurde » : dans le Sud-Ouest, les opposants aux LGV repartent au combat – C’est le titre d’un nouvel et bref article de synthèse sur la relance d’action  coordonnée des organisations opposées au projet de Ligne à Grande Vitesse du Sud-Ouest.

« Les opposants au grand projet du Sud-Ouest (GPSO) reprennent la lutte, samedi 30 avril à Bordeaux, avec un grand meeting interrégional. Objectif : dénoncer ce « projet absurde » de deux LGV, qui détruirait plus de 6 000 hectares de terres.

C’est un vieux dossier qui prenait la poussière dans les cartons des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie. « Un zombi qui ressort de sa tombe », se désole Philippe Barbedienne, directeur de la Sepanso, une fédération d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Certains opposants historiques ont même cru à un abandon de ce grand projet du Sud-Ouest (GPSO), tant il n’avait pas refait surface ces dernières années. Mais tous ont appris avec effroi l’annonce du Premier ministre Jean Castex, quelques semaines avant les élections régionales de 2021, d’injecter 4,1 milliards d’euros de l’État dans ce projet, qui vise à créer deux lignes à grande vitesse (LGV) reliant Bordeaux à Toulouse et Bordeaux à l’Espagne. Afin de poser une première pierre dans la reprise de la lutte, un meeting est organisé le samedi 30 avril. Les participants en sont convaincus : les LGV ne passeront pas avec facilité.

Associations, collectifs et personnalités publiques venues de tous les territoires concernés par le passage des LGV se sont donné rendez-vous samedi 30 avril à 14 h 30 à Bordeaux, salle Athénée. Un meeting visant à « remobiliser les gens et montrer qu’il y a une mobilisation toujours vivante », selon Philippe Barbedienne.

« La lutte date de 1992 », précise Pierre Recarte, membre du Collectif des associations de défense de l’environnement du Pays basque et du sud des Landes (Cade), l’un des collectifs qui s’est dès le départ opposé au projet. De fortes mobilisations avaient émaillé la volonté de créer ces nouvelles lignes qui visent, selon ses soutiens, à faire gagner du temps de trajet entre les métropoles régionales. Avec la reprise du dossier, c’est actuellement le plan de financement qui est sur l’établi. Sa signature en février 2022 a suscité de vives critiques de la part des opposants, qui ont déposé des recours devant le tribunal administratif de Toulouse pour le contester. Le prix annoncé est de 14 milliards d’euros, un « coût à la hausse inconnue »selon les contestataires.

Pour faire ces LGV, 6 300 hectares de terres seront artificialisés…

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , |

Manifestation du 1er mai : LGV, spéculation, non au délogement des jeunes et des classes populaires !

C’est une mobilisation de Bizi! pour le 1er mai, revendicatif et social! 

Bizi! appelle à participer à la manifestation unitaire appelée par 8 organisations : Alda, Bizi!, CFDT, CGT, EBA, Etorkinekin, FSU et LAB. Bizi! participera à l’animation de cette manifestation en dénonçant le projet de LGV et son impact sur la crise du logement qui frappe déjà durement notre territoire. 

Revenu en tête de l’agenda politique, ce projet climaticide avance à grande vitesse et menace d’accélérer la précarisation et le délogement des jeunes et des classes populaires au Pays Basque.

Ces dernières années, la spéculation immobilière a véritablement fait flamber les prix des logements, favorisant l’essor des meublés touristiques et des résidences secondaires au détriment de la population locale qui peine à se loger. Acheter devient impossible, les locations à l’année se font de plus en plus rares et de plus en plus chères.

Le projet de LGV menace d’exacerber cette tendance !

Loin de profiter à la population locale, qui ne peut déjà plus se loger près de son lieu d’activité, ce projet promet de renforcer la spéculation immobilière et foncière déjà galopante pour atteindre des prix records. Plus encore, c’est un risque supplémentaire d’accroître les logements touristiques et de favoriser la multiplication des résidences secondaires. Par ailleurs, ce projet va favoriser  la désertification des zones éloignées du tracé par la raréfaction des lignes du quotidien

Pour quelques minutes gagnées, ce sont des milliers de personnes qui seront forcées de plier bagage faute de pouvoir se loger à des prix décents.

Pour quelques minutes gagnées, ce sont des milliers d’hectares qui seront détruits.

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Fret, GPII, Immobilier, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |