Incroyable : la 5G « marche » à l’électricité !

Encore cette 5G

Les opérateurs de téléphonie mobile français semblent découvrir que la 5G est plus énergivore que les générations de téléphonie mobile précédentes.

En fait dès que l’on émet dans des bandes de fréquences élevées tout radio amateur débutant savait que la puissance nécessaire pour y émettre était plus importante.

Les opérateurs connaissaient bien cette réalité et dès 2019 des articles y faisaient allusion[1] en ce qui concernait les bandes de fréquences de la 5G.

Pour l’occulter, la rhétorique utilisée par les promoteurs de la 5G, dés le début de son lancement, a simplement consisté à parler d’efficacité énergétique en la définissant comme le nombre de bits transmis par unité d’énergie consommée[2], faisant alors la place belle à la vitesse de transmission et à la latence, aux dépens de tout un ensemble de contraintes dont la consommation énergétique de cette nouvelle génération.

Ceci était d’autant plus grave que lors du lancement de la 5G, les premières fréquences affectées à cette génération étaient relativement « basses » (3,5 GHz aujourd’hui) comparées à celles qui devaient, par la suite, être utilisées (26 GHz, 35 GHz puis 75GHz) : la 5G, au début, était plus énergivore que les précédentes générations mais allait l’être de plus en plus au fur et à mesure de son déploiement vers les bandes de fréquences plus élevées.

Et voilà qu’aujourd’hui la Directrice Générale du groupe Orange, auditionnée par la commission des affaires économiques du Sénat[3], évoque les conséquences de possibles délestages auxquels devraient recourir les opérateurs cet hiver. (https://www.youtube.com/watch?v=t9uWej64H4o)

« Je crains que nos concitoyens et les Français découvrent que les réseaux télécom dépendent d’électricité et il est illusoire d’imaginer mettre des batteries au pied de chacun des sites mobiles en France. »

« Il est illusoire d’imaginer qu’en cas de délestage, on saura maintenir un service continu pour l’ensemble des Français. Les services mobiles, s’ils sont éteints dans une zone géographique pendant deux heures, il n’y aura pas d’accès aux services de numéro d’urgence pendant un temps », a déclaré la Directrice Générale d’Orange.

Mais voilà qu’également que la Fédération Française des Télécoms découvre que la 5G consomme de l’électricité et demande au gouvernement de revoir les obligations de déploiement de la 5G dans les zones rurales[4] afin de réduire de 5% la consommation électrique de leurs réseaux en 2023.

Les Echos précise que la Fédération française des télécoms (qui regroupe tous les opérateurs sauf Free) a envoyé début novembre une note dans ce sens à Bercy, à l’Arcep (le régulateur), à des parlementaires ainsi qu’au Ministre de la Transition numérique, Jean-Noël Barrot.

Toutes les Communes du Pays basque qui ont décidé de demander un moratoire sur le déploiement de cette 5G avaient pris en compte cette réalité de surconsommation énergétique pour justifier leurs demandes et le Manifeste qu’a adressé le CADE en septembre 2020 au Président de la CAPB pour lui demander de procéder à un moratoire sur le déploiement de la 5G a insisté sur l’empreinte énergétique de cette 5G sur nos sociétés.

Tous les opérateurs de téléphonie mobile qui interviennent auprès des Communes rurales du Pays basque pour les convaincre d’installer de nouveaux sites sont-ils conscients de la crise énergétique que nous allons devoir endurer ?

[1] Operators Starting to Face Up to 5G Power Cost  https://www.lightreading.com/asia-pacific/operators-starting-to-face-up-to-5g-power-cost-/d/d-id/755255

[2] https://hellofuture.orange.com/fr/la-5g-lefficacite-energetique-by-design/

[3] https://www.senat.fr/les_actus_en_detail/article/le-groupe-orange-entendu.html

[4] https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/face-a-la-flambee-de-lenergie-les-telecoms-veulent-ralentirla-5g-dans-les-campagnes-1882425

Publié dans 5G, Accueil, Énergie, Opérateurs, Réseaux, Télécommunications |

Retour sur un rassemblement anti-LGV ce 26 /11

 Il fallait de la détermination pour se rendre à Feugarolles voilée de froidure ce 26 au matin, petite commune du Lot-et-Garonne qui sera lourdement impactée! Pourtant les associations opposantes, des élus et des citoyens des départements de Gironde, Landes, Pays Basque, Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne et Lot-et-Garonne s’y serraient, solidaires.

Entre autres nuisances environnementales et financières, cette commune sera balafrée, notamment par un viaduc de près de 70 mètres de haut, long de deux kilomètres, reliant des côteaux! La mobilisation ne faiblit pas afin d’informer, car le projet commence par la phase Bordeaux/Toulouse avant celle de Bordeaux/Dax. (Rappel tracé de la LGV: | Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest | GPSO | Réseau Ferré de France (lgvbordeauxtoulouse.fr))

Bain d’images –

* « Ce nouveau doc de l’U.E atteste une fois de plus que le GPSO est hors-sol avec des retombées paradisiaques, imaginaires et trompeuses. C’est une constante de ce projet: on invente des chiffres reluisants pour justifier un projet injustifiable!  Sauf qu’évidemment, les citoyens tombent finalement sur des études qui battent en brèche les estimations féériques…

Cette étude est aux mains de l’Europe, des « technocrotes » et des élus obtus et vaniteux. Leur seul souci c’est de l’occulter, de la cacher, de l’oublier! Mais comme nous ne sommes plus au Moyen-Age, l’expertise citoyenne leur taille des croupières. Nous ne sommes pas dans les couloirs de l’Elysée ou de l’U.E, et peut-être que l’Europe s’abaissera à valider le soutien aux dépenses mégalomanes…mais demain encore, partout, nos dénonciations doivent être expliquées, entendues sur le terrain, notre terrain, dans chaque village: une fois, deux fois, cent fois nous porterons cette vérité: ce projet est ruineux, destructeur et inutile!

Les voies modernisées feront mieux et moins cher en respectant les villes moyennes et la desserte plus fine des territoires, en respectant les contribuables et sans sacrifier l’emploi des cheminots! » Victor Pachon, Président du CADE, à Feugarolles le 26/11/2022. 

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , |

Fret ferroviaire – informations pessimistes sur son développement

FRET FERROVAIRE- Où l’on applique la bonne vieille tactique de la part de l’Europe, de l’Etat et de la Région: ignorer, cacher, oublier…et passer en force grâce à un mensonge?

Pourquoi la question du développement du fret est-elle cruciale? Parce que un des principaux arguments de Rousset pour reprendre le dossier LGV et attirer le vote des élus (et donc appel au financement par les collectivités et habitants), vote en faveur de la LGV, est celui-ci: la LGV du GPSO permettrait d’arrêter les murs de camions par un report modal, et par ailleurs éviterait la saturation de la ligne existante. Séduisant en théorie, mais qui fait fi de la réelle politique du transport de marchandises!

-Des syndicalistes cheminots ont interrogé la SNCF (en C.E) pour en avoir le coeur net sur la réalité du fret ferroviaire. Voici les questions:

  • Combien de trains maximum pour saturer la ligne Bordeaux Hendaye (existante)?
  • Combien de trains circulent actuellement sur la ligne (moyenne par jour)?
  • Combien de trains circuleront en 2022 sur cette ligne  (moyenne par jour)?

Le tableau reçu en réponse, loin d’une saturation: trafics 2019[32826] 

-Par ailleurs nous venons de recevoir une étude pour l’U.E., donc en possession de l’Europe, de l’Etat et des Régions, qui annonce des estimations fret stupéfiantes: 5000 à 6400 trains de fret par an en 2030, augmentation de 20% du fret international en 2030…Or si on divise par 350 jours la première annonce donne 14 à 18 trains par jour. En 1999 il passait 20 trains…c’est vous dire le progrès! Pour la deuxième annonce d’après la réponse de la SNCF au C.E à la suite d’une question des syndicats, les derniers chiffres consolidés font état de 8,15 trains internationaux  par jour (que l’on mesure sur le tronçon Hendaye Bayonne). +20%, cela fait 9,78 trains par jour en 2030. (Tous ces chiffres sont deux sens confondus à diviser par deux pour les avoir par sens.)

Et pour rappel les estimations du débat public s’élevaient à 170 trains de fret en 2020 au Pays Basque: une marge d’erreur énorme par rapport à la réalité. Cette étude prospective de l’U.E (notre article) se montre aujourd’hui très pessimiste…la ligne existante n’est pas, et ne sera pas, saturée.

En conclusion, nous dirons que les  décideurs (Europe, Etat et Région), sont tous informés de ces réalités et prévisions dérisoires de fret ferroviaire, mais qu’ils appliquent pourtant la bonne vieille tactique: ignorer, cacher, oublier. Informons nos collectivités!

 

Publié dans Accueil, Fret, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , , |

soirée débat « Balance ton smartphone »

L’association l’Etincelle 2.0 organise une soirée-débat autour du thème « Balance ton smartphone » le mercredi 07 décembre à 19h au local Gorriak de Bayonne… une soirée qui devrait amorcer une campagne avec plus tard la venue de Nicolas Bérard de «l’âge de faire».

Venez à cette soirée débat et diffusez l’information autour de vous.

 

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat, Linky, Opérateurs | Mots clés , , , |

Nucléaire – une filière en pleine décomposition sur fond de nouvelle politique énergétique

Désindustrialisation, perte de compétences, restriction des formations, sous-traitance en sociétés multiples, défaut de planification en politique énergétique…sont le lot de cette filière et laissent pour le moins dubitatifs sur la relance, à l’heure où les difficultés techniques sont légion aujourd’hui pour le Nucléaire. A brader le secteur industriel et démanteler tous les secteurs de l’action publique, la France libérale vend tout, privatise, oublie l’intérêt général et la sécurité, la sûreté, et se retrouve incapable de s’autonomiser dans de nombreux domaines.

Un article – ne souriez pas…- fait état de la débandade de l’industrie du nucléaire (par exemple) en France: EDF appelle des soudeurs américains à la rescousse pour réparer ses réacteurs 

Qu’en est-il du « en même temps »? Alors que les prétentions gouvernementales concernant la filière nucléaire s’affichent, la Recherche /Développement (R&D) n’a en fait cessé de s’étioler dans le domaine de la sûreté, ce qui ne laisse pas d’être inquiétant. Article d’Alternatives économiques: « La recherche française a désarmé sur la sûreté nucléaire » – (à voir en entier notamment pour l’interprétation des graphiques)

EXTRAIT – L’article d’A. de Ravignan présente un graphique: « On en tire une observation autrement plus importante que la question de savoir si la France investit globalement trop ou pas assez dans le nucléaire par rapport aux autres domaines énergétiques. La voici : les dépenses de R&D affectées à la sûreté nucléaire ont chuté de plus d’un tiers entre le début et la fin de la période. Alors qu’elles s’élevaient en moyenne à 435 millions d’euros par an en moyenne sur 2002-2008 et représentaient pas loin de la moitié du total des dépenses de R&D nucléaire, elles ont très fortement reculé à partir de 2009. Sur les années 2014-2020, elles n’atteignaient plus que 246 millions d’euros par an. On constate, de même, un recul des dépenses dans la recherche sur le cycle du combustible, autrement dit la gestion des déchets radioactifs. Comme pour la sûreté des réacteurs affectés par des problèmes d’usure, c’est pourtant un domaine où il faudrait accroître fortement la dépense. Notamment pour travailler sur la transmutation et la réduction de la durée de vie des déchets les plus dangereux, en vue d’éviter leur enfouissement. » Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat | Mots clés , , , , , |

Retour sur réunion publique « Non à la LGV du GPSO » – Beautiran

Actuellement, la première phase du projet concerne Bordeaux/Toulouse, et les initiatives fleurissent donc sur un parcours où les communes impactées – élus, citoyens et associations – prennent pleine conscience des multiples nuisances du joujou des décideurs et de l’urgence à expliquer le pourquoi du rejet de ce projet! La Région et l’Etat déroulent, quand bien même le financement n’est pas bouclé (subvention européenne)…

Les associations historiques ou récentes dans chaque département de Nouvelle-Aquitaine, solidaires contre ce GPII, sont disponibles partout pour informer les habitants. N’hésitez pas à les solliciter pour organiser la résistance. Vous pouvez les contacter en utilisant le canal des facebooks, vos demandes seront transmises aux associations du territoire: (1) NON LGV 33 | Facebook  , NON LGV 40 | Facebook   ,  Non LGV Pays basque | Bayonne | Facebook

Retour sur action: la réunion de Beautiran (33) – « Salle comble le 18 Novembre lors de la réunion publique consacrée à la LGV et à l’AFSB (contournement sud de Bordeaux). En présence de nombreux élus et maires du canton, de l’association LGVEA et de la députée Sophie Mette, le Maire Philippe BARRERE a accueilli et présenté un élu d’Occitanie président d’une intercommunalité de 48 communes, venu évoquer le massacre environnemental et le non-sens économique de ce projet. « Le problème n’est pas que Girondin, Toulouse n’a pas besoin de LGV pour être une ville attractive. » »

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Energie-climat, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , , , |

L’activisme écologiste en question – une réponse des Musées (ICOM)

Les actions d’activistes se sont multipliées dans les musées, amenant de la perplexité et  une certaine sidération médiatisée d’une part, mais aussi incontestablement une polémique qui a permis de renouveler la réflexion et le débat citoyen. En faire un sujet clivant a malheureusement dominé, jusqu’à ridiculiser les jeunes activistes et tenter de déclarer leur irresponsabilité devant cette nouvelle forme d’alerte écologique: ils seraient « écoterroristes », ce qui permet à des pouvoirs en place d’écarter toute approche dialectique.

(Crédit photo : Just Stop Oil)

Sans doute cette absence de générosité conservatrice vis à vis de choix originaux de jeunes citoyens peut-elle interpeller autant que leurs actes l’ont fait. Quelques enseignants-chercheurs ont donc produit une réflexion plus ouverte: « Touchés par les actions qui se multiplient dans les musées d’art, quatre enseignants-chercheurs refusent d’opposer nature et culture. Ils se déclarent solidaires de cette jeunesse et de la justesse de ses actions. » Voici pourquoi dans une tribune. ARTICLE de BASTA! Face au mépris suscité par l’activisme écologiste, « que les musées expriment leur effroi devant l’avenir »

Citations: « …le mépris et l’ironie qui se déversent dans le débat public à l’égard des activistes écologistes devraient plutôt être dirigés vers les vrais écoterroristes qui sont les politiciens libéraux radicalisés au service d’un capitalisme destructeur de la planète. »  » Si la radicalisation du libéralisme et des médias mainstream continue à insulter cette jeunesse et à la priver d’avenir, comment ne pas s’attendre à des réactions, sans doute moins pacifiques que les actions actuelles. » « On aimerait que les musées, qui sont des institutions patrimoniales et de transmission de valeurs, expriment leur effroi devant l’avenir, au lieu de minorer la situation et d’en rester à des obsessions de succès de fréquentation, de logique marchande et de pratiques de sensibilisation timides et souvent édulcorées. Les enjeux de la crise environnementale et climatique devraient pourtant mobiliser toutes les institutions, en particulier celles qui ont des missions qui touchent au patrimoine et à la transmission. »

Dans le temps de la COP27, l’ICOM a produit un communiqué très intéressant pour soutenir ces jeunes activistes et aider à la compréhension de ces actes: Activisme climatique dans les musées

« Suite aux récentes actions d’activisme climatique dans les musées, le Conseil international des musées (ICOM) souhaite reconnaître et partager à la fois les préoccupations exprimées par les musées concernant la sécurité des collections et les préoccupations des activistes climatiques alors que nous sommes confrontés à une catastrophe environnementale qui menace la vie sur Terre. L’ICOM considère que le choix des musées comme toile de fond de ces protestations climatiques témoigne de leur pouvoir symbolique et de leur pertinence dans les discussions autour de l’urgence climatique. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Climat, Energie-climat | Mots clés , , , , , , , |

Le CADE au travail, participez.

En sus des évènements que nous couvrons, ainsi que des réunions d’organismes dans lesquels le CADE siège, voici les dates des réunions thématiques du CADE pour décembre:

  • La commission transports-LGV se réunira le jeudi 8 décembre, à 18h, à la MVC du Polo Beyris de Bayonne.
  • La commission déchets se réunira le jeudi 15 décembre, à 18h, à la MVC du Polo.
  • La commission eau se réunira le vendredi 16 décembre, à 17h, à la Maison pour tous à Anglet.
  • La commission Linky et 5G se réunira à une date à définir.
  • La commission montagne se réunira à une date à définir .
  • Le Comité de liaison se réunira le jeudi 22 décembre, à 18h, à la MVC du Polo.

Membres du CADE à titre individuel ou associatif, n’hésitez pas à participer, proposer vos préoccupations, et diffuser à vos contacts qui pourraient être intéressés par le travail du CADE. La réunion du Comité de liaison est celle qui fait le point sur les différents sujets, mensuellement: elle est ouverte aux administrateurs du CADE, à ses associations (environ 65), ainsi qu’à toutes les personnes désireuses de s’impliquer et/ou jugeant des initiatives utiles (contactez-nous) sur des sujets entrant dans notre cadre d’action. (Vous trouverez dans le bandeau « Catégories » de ce site, une grande partie des thématiques sur lesquelles nous agissons.)

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Déchets, EAU, Énergie, Energie-climat, Immobilier, Mines, Montagne, Pollution, Transport | Mots clés , |

Nucléaire – heurts et malheurs de la filière, une série noire…et une tribune d’opposants

Toujours mobilisés, les opposants sollicitent votre signature: « La CNDP (Commission Nationale du Débat Public) organise un débat public* de 4 mois du 27 octobre 2022 au 27 février 2023 sur  le projet de construction de deux réacteurs nucléaires « EPR2 » sur le site de Penly, dans le cadre de la proposition de programme de nouveaux réacteurs nucléaires en France d’EDF. Pour exprimer son opposition à la relance du nucléaire, le Collectif anti-nucléaire Ouest a rédigé une tribune signée par plus de 50 associations et organisations, et ouverte aux signatures individuelles. »  Tribune : La relance du nucléaire ? Surtout pas ! (can-ouest.org)

-Déboires de la filière – Dans le fil d’échanges d’ATTAC: « Un dossier dans Libé bien ficelé avec la plume de Thierry Gadault au sujet d’EDF affronté à de multiples difficultés sous la direction de fait de Macron qui veut être l’homme de la relance du nucléaire. » EDF Nucléaire Libé[32659].pdf

Et si la bonne question était la destruction des compétences en France. Nouveaux problèmes après Flamanville…Cette fois pour Iter.

Commentaire de J. P. Coste: « ITER aussi !!!  Avec des conséquences probablement considérables en termes de coûts. Mais le coût n’est pas le problème pour le capitalisme (du désastre). Quant au calendrier, même pas la peine d’en parler.  Quand on lit le communiqué de ITER, on comprend que c’est peut-être un problème de conception : proximité entre l’enceinte à plusieurs milliers de d° et les bobines supra-conductrices à -270 d°, censées être « isolées » par des boucliers thermiques … qui subissent des contraintes énormes. Voir le communiqué de ITER » ITER_fiissures_CSC

selon Fusion nucléaire: revers pour le programme Iter, touché par des fissures | L’Echo (lecho.be)« Le programme scientifique international Iter, qui doit démontrer la viabilité de la fusion nucléaire à grande échelle, est sérieusement retardé à cause de fissures dans plusieurs modules. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat | Mots clés , , , , , |

Interconnexion électrique par le Golfe de Gascogne THT (suite) et rassemblement le 04 12 2022

Pour rappel notre article précédent avec argumentaire à retrouver

THT – Une consultation est organisée par RTE sur le projet d’Interconnexion électrique France/Espagne par le Golfe de Gascogne; elle est ouverte jusqu’au 16 décembre 2022, et le CADE encourage à aller participer sur le registre des contributions.

Nous sommes opposés à cette interconnexion européenne et, en plus de notre argumentaire, nous publions volontiers quelques contributions contre ce projet. L’ensemble est à retrouver sur le site du projet  Contributions à l’enquête publique Projet d’interconnexion électrique France – Espagne par le Golfe de Gascogne (registre-numerique.fr).

Voici donc de nouvelles contributions associatives:

  • Du CADE, contribution 2 dont la conclusion est celle-ci: « Le CADE exprime un avis négatif sur ce projet.
    -Un document soumis à enquête publique largement incomplet pour le citoyen à qui on demande un avis sur un projet qui ne concerne que des entités publiques pour lesquels il ne dispose pas de suffisamment d’information.
    -Les Collectivités locales ne sont pas sollicitées mais elles seront impactées par des variations de la TURPE 5 HTB.
    Il s’agit d’un projet européen dans le cadre du programme « 20230 Framework for Climate and Energy » datant de 2014 mais qui dénote actuellement dans le contexte international actuel. Lors de sa genèse ce projet avait pour but de favoriser un marché mondial de l’énergie et la création d’un géant de l’énergie. Un tel projet est toujours d’actualité (voir XBID)8 .
    Il nous semble préférable de continuer de manière volontariste sur la piste des économies d’énergie pour diminuer une consommation stable à ce jour mais nécessitant des importations, et de continuer d’investir sur la piste du stockage électrique.
    Le CADE renouvelle son souhait d’un arrêt progressif du nucléaire qui doit inciter à développer les énergies renouvelables en France sans dépendre des autres pays.
    Il est par contre nécessaire d’augmenter les efforts en direction de l’autoconsommation basée sur des énergies renouvelables avec un minimum de réseau à étendre. »  LIRE TOUT LE TEXTE: Contribution 2 THT

 

  • La contribution des Amis de la Terre. Elle conclut: « A la vue de notre analyse, nous demandons que la commission d’enquête donne un avis défavorable à ce GPI2. » LIRE TOUT LE TEXTE: Remarques Amis de la Terre

N’hésitez pas à contribuer à la consultation publique, et participez à la mobilisation associative du dimanche 04 décembre 2022: diffusez et partagez! Le CADE et cinq autres associations comptent sur tous. Communiqué Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Énergie, Immobilier | Mots clés , , , , , , |

Sortie du Traité sur la Charte de l’Energie: victoire au Parlement européen

C’est une nouvelle victoire, contre la stratégie de la Commission européenne de nous enfermer dans de tels traités. A partagersur Twitter et sur Facebook et sur le site Internet du collectif Stop CETA-Mercosur

Communiqué du Collectif national Stop CETA – Mercosur – 24 nov. 2022 – VICTOIRE – Le Parlement UE appelle la Commission à un retrait conjoint de l’UE du Traité sur la charte de l’énergie

Après avoir obtenu que plusieurs Etats européens annoncent leurs retraits respectifs du Traité sur la charte de l’énergie (TCE) et empêché que le TCE dit modernisé soit entériné ce 22 novembre, voilà une nouvelle victoire pour la société civile mobilisée depuis de nombreuses années contre le TCE : le Parlement européen vient de voter en faveur d’un retrait coordonné et conjoint de l’ensemble de l’UE de ce traité qui retarde, renchérit ou bloque la transition énergétique.

C’est un nouveau coup dur pour la Commission européenne dont toute la stratégie développée depuis plusieurs années est mise en échec : la proposition de TCE modernisée soutenue par la Commission n’a de majorité ni au Conseil de l’UE, ni au Parlement européen. Puisque les Etats-membres qui ont annoncé vouloir se retirer du TCE (Italie dès 2016, Espagne, Pologne, Allemagne, Slovénie, Pays-Bas, France et Luxembourg) représentent plus de 70% de la population européenne, il est désormais de leur responsabilité de construire une majorité qualifié d’Etats-membres pour enclencher un retrait coordonné et conjoint du TCE. C’est possible, et c’est la solution la plus optimale pour neutraliser au mieux les effets néfastes du TCE.

Pour le collectif Stop CETA-Mercosur, « C’est un moment historique pour le climat : c’est l’une des toutes premières fois que des règles ou institutions nés avec la mondialisation sont officiellement reconnues comme antinomiques avec la lutte contre le réchauffement climatique. Par ces dispositions de protection des investisseurs dans le secteur de l’énergie, sans aucune prise en compte ni du défi climatique ni du besoin de transition et de sobriété énergétiques, le TCE incarne en effet pleinement ces règles et institutions de la mondialisation qui ont fleuri dans les années 1990 et 2000 et qui aujourd’hui retardent, renchérissent ou bloquent la transition énergétique. Il faut désormais s’engouffrer dans cette brèche pour revoir de fond en comble les institutions nées avec la mondialisation »

Rappel des épisodes précédents :  Lire la suite …

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat | Mots clés , , , , , , |

Etat et prévision du fret ferroviaire – Conférence de presse du CADE 22/11/2022

Afin de justifier le projet, déjà rejeté par l’Enquête publique, de création d’une nouvelle ligne à grande vitesse en Nouvelle-Aquitaine, les décideurs du projet arguent de la saturation de la ligne existante, notamment par des sillons qui seraient pris par le fret. (C’est le miroir aux alouettes de la disparition des murs de camions, grâce à la LGV, dans lequel tant d’élus ont hélas cru voir l’avenir.)

A l’époque en 2014/15, nous avions déjà démontré – chiffres à l’appui en comptant les trains, que cet argument était fallacieux. De même toute projection dans le sens d’une saturation de l’existant a été infirmée… car depuis, la réalité nous a donné raison. Le constat est pour le CADE sans appel: « Rappelons qu’en 1999 circulaient 20 trains par jour, aujourd’hui 14 et le débat public prévoyait 160 trains de fret international par jour en 2020 ! Ainsi, on envisage de dépenser des milliards pour revenir au trafic fret de 1999 ! » Il n’y a, et il n’y aura pas, avec ce nombre, de saturation de la ligne existante.

PREALABLE – Faire un état des lieux réaliste – et « clore le bec » à Mr. Rousset Président de la région N.A. qui est de fort mauvaise foi sur le sujet des « murs de camions » pour justifier la LGV- c’est donc l’objet de la conférence de presse donnée par le CADE mardi 22/11: l’axe principal en est le commentaire d’une étude à destination de l’Europe concernant le fret, étude que nous versons au dossier. (ici, les paragraphes en bleu sont ceux que nous commentons principalement pour étayer notre analyse.)  ETUDE DU TRANSPORT DES MARCHANDISES SUR LE CORRIDOR ATLANTIQUE +++[32711])

  • En effet, les estimations de cette étude européenne nous donnent cent fois raison.
  • Par ailleurs, et depuis quelques mois, le CADE a correspondu avec des députés du Parlement européen, ainsi qu’avec la Commission européenne (un exemple: GPSO Réponse du CADE à Eddy Liégeois votre courrier[30089]  émission de GES / saturation / report modal); c’est la synthèse  de ces échanges que nous restituons lors de la conférence de presse.  A lire donc, les documents que nous présentons en synthèse: le document presse CONF DE PRESSE FRET 22 11 2022, et le diaporama Diapo conf de presse 22 11 2022

LIENS – le film de la conférence – Lien direct de la vidéo:  https://odysee.com/@Train:1/2022-11-21–LGV-conf%C3%A9rence-Bayonne:3

lien direct de la chaine « TRAIN »: https://odysee.com/@Train:1?view=content

PRESSE – Mediabask donne un écho à cette conférence avec un article qui permet bien de comprendre l’enjeu de cet argument du peu de fret ferroviaire, l’existant n’étant pas saturé: « Hostile au Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest, le Cade révèle les résultats d’une nouvelle étude qui contredit les arguments avancés par la Région. Estimé en 2006 à 160 trains de fret par jour entre Hendaye et Bayonne, le trafic n’est en fait que de huit trains quotidiens pour le fret. »  « LGV : le Cade révèle les chiffres du fret entre Bayonne et Hendaye » Lire la suite …

Publié dans Accueil, Fret, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , , , , , |

LGV – d’autres nouvelles du « front » à l’Assemblée et au Sénat

-C’est qui informe sur une proposition de députés, soutenue par La F.I et EELV: « Par un amendement finalement rejeté, les députés Insoumis et les Verts ont demandé à l’Etat de renoncer au financement de la LGV Bordeaux-Toulouse. »

EXTRAITS – « Nous nous opposons au financement par l’État du Grand projet du Sud-Ouest (GPSO) et demandons que les sommes déjà budgétées soient allouées à la rénovation des lignes TER de Nouvelle-Aquitaine et Occitanie et à la modernisation de la ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse. » « Par cet amendement au projet de loi de finances, qui a été rejeté, les députés Insoumis qui en sont à l’origine ont redit leur opposition à la Ligne à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse qui fait pourtant consensus chez les élus locaux réunis dans un plan de financement que tous ont approuvé l’an dernier. »

« Déposé le 27 octobre, le texte est passé inaperçu. Mais à Toulouse, ces derniers jours, un élu du conseil municipal, Maxime Boyer, l’a exhumé en notant que les députés Insoumis locaux, Hadrien Clouet, Anne Stambach-Terrenoir, François Piquemal et la députée EELV Christine Arrighi l’avaient soutenu. «  »Contacté, Hadrien Clouet assume. L’amendement dénonce « une aberration écologique, les atteintes à l’environnement […], l’artificialisation de milliers d’hectares de terre agricoles de forêts ou milieux naturels ». À cela le député LFI ajoute « un surcoût » à ses yeux déjà avéré. « La priorité, c’est plutôt de se déplacer en Haute-Garonne que de faire Toulouse-Paris, une problématique d’élus et de cadres supérieurs. » »

LIRE TOUT L’ARTICLE – LGV Bordeaux-Toulouse : Insoumis et Verts rallument la polémique

-C’est  qui publie sur un financement supplémentaire par l’Etat à trois projets de LGV (les coûts montent déjà!): « Les projets de ligne de train à grande vitesse avancent. Plusieurs amendements adoptés cette semaine dans le cadre du projet de loi de finances 2023 permettront à trois projets de ligne ferroviaire à grande vitesse de « bénéficier d’un financement complémentaire », se félicite le ministère des transports dans un communiqué de presse. Les trois projets en question sont le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), la Ligne Nouvelle Provence Côte d’Azur (LNPCA), et la Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP). » LIRE Loi de finances : de l’argent pour les TGV (reporterre.net)

-En fait, le détail  de ce financement concerne également le contribuable qui subit déjà l’inflation, et il va bien falloir que tous s’en rendent compte, alors que les pro-LGV se réjouissent des nouvelles taxes: « Pour GPSO, la taxe spéciale d’équipement (TSE) prévue dans le cadre du financement de la ligne à grande vitesse sera portée à 29 millions au lieu des 24 millions initialement prévus par la loi n° 2021-1900 du 30 décembre 2021 de finances pour 2022. Les sénateurs ont également instauré une taxe additionnelle sur la taxe de séjour au profit du GPSO et de la Ligne nouvelle Montpellier-Perpignan (LNMP) à compter de 2024. » 🚨 Alerte : Le Sénat vote des financements complémentaires pour GPSO et LNMP (sendibm1.com)

M. De Marco, sénatrice EELV, avait proposé un amendement pour supprimer la Taxe spéciale: ci-dessous Lire la suite …

Publié dans Accueil, GPII, LGV, Transport | Mots clés , , , , , |

Consultation publique sur l’Interconnexion électrique par le Golfe de Gascogne THT

THT – Une consultation est organisée par RTE sur le projet d’Interconnexion électrique France/Espagne par le Golfe de Gascogne; elle est ouverte jusqu’au 16 décembre 2022, et le CADE encourage à aller participer sur le registre des contributions.

  • Pour rappel, le CADE s’oppose à ce projet contre lequel nous avons formulé de nombreuses remarques (catégorie ENERGIE CADE argumentaire-THT13407 ), et notamment le fait que ce projet voulu par l’Union Européenne réduit, de fait, les ambitions de la France en matière de sobriété et de recherche en matière d’alternatives à l’énergie nucléaire.
  • Dans le contexte énergétique actuel, les enjeux dépassent largement bien entendu les légitimes inquiétudes locales concernant le contournement terrestre du Gouf de Capbreton (40).

Vous pouvez consulter les contributions déjà envoyées: Contributions à l’enquête publique Projet d’interconnexion électrique France – Espagne par le Golfe de Gascogne (registre-numerique.fr).

A NOTER: cette consultation publique intervient alors que l’Assemblée Nationale se saisit ce 16/11/2022 de la Politique Energétique de la France (art.50-1 de la Constitution); nous ne pouvons recommander que d’écouter les débats afin de comprendre ce que les députés de la Représentation Nationale peuvent en dire…(Déclaration du Gouvernement sur la politique énergétique de la France, suivie d’un débat – Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

Débats en séance publique à retrouver sur: Séance publique – Vidéos de l’Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

 

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat | Mots clés , , , , , |

ENERGIE – un rapport d’organisations sur l’extractivisme

Les Amis de la Terre publient sur un nouveau rapport ( à télécharger): l’impact des entreprises et des banques sur l’expansion pétro-gazière en Afrique.

« Alors que la COP27 se poursuit en Egypte, un rapport international, notamment publié par Urgewald, les Amis de la Terre France, Reclaim Finance et 36 organisations africaines, lève le voile sur les entreprises et les acteurs financiers qui poursuivent l’expansion pétro-gazière en Afrique et fragilisent ce continent déjà en première ligne des impacts des dérèglements climatiques. Les acteurs français, et en particulier BNP Paribas mais aussi le groupe Crédit Agricole à travers sa filiale Amundi, sont épinglés parmi les plus gros soutiens aux entreprises qui entendent y développer de nouveaux projets d’énergies fossiles. Parmi elles se trouvent la major française TotalEnergies, plus gros développeur pétrolier et gazier en Afrique. Les ONG dénoncent le greenwashing des acteurs financiers qui se sont engagés à atteindre la neutralité carbone, et appellent la finance internationale à enfin prendre des mesures contre l’expansion des énergies fossiles.

Le rapport intitulé “Who is Financing Fossil Fuel Expansion in Africa ?” dresse l’état des lieux des plans d’expansion des entreprises des énergies fossiles sur le continent africain 1. Ce sont 48 pays africains sur 55, soit presque tout le continent, qui sont concernés par cet extractivisme mené en majorité par des entreprises étrangères, et en grande partie tourné vers l’exportation. Total Energies, qui est responsable de plus de 14 % de l’expansion à court terme du pétrole et du gaz sur le continent, ressort comme la 1ère entreprise pétro-gazière à y développer de nouveaux projets d’extraction 2. «  [COP27] Rapport : les banques françaises motrices de l’expansion pétro-gazière en Afrique | Les Amis de la Terre

 

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Énergie, Energie-climat, Mines, Pollution | Mots clés , , , , , |

Finalisation de la Réforme du code minier – attention quant aux textes législatifs

« L’exécutif publie une ordonnance qui finalise le volet législatif de la réforme du Code minier opérée par la loi Climat et quatre ordonnances précédentes. Ses dispositions ne vont pas toutes dans le sens d’une plus grande protection de l’environnement.  » Ce qui a été pointé par l’association Guyane nature, notamment lors de la consultation en septembre article actu-environnement

« Compléter et corriger la réforme du Code minier opérée par la loi Climat
et résilience du 22 août 2021 et par les quatre ordonnances du 13 avril
2022. Tel est l’objectif de la nouvelle ordonnance parue, le 11
novembre, au Journal officiel. »

Quatre ordonnances de 2002 sont modifiées dans le cadre de la Loi Climat et résilience, à l’exclusion de la 5ème portant sur l’indemnisation et la réparation des dommages miniers:

  • Autorisation environnementale des travaux miniers
  • Le modèle minier et les régimes légaux du Code minier
  • L’adaptation outre-mer du Code minier
  • Le Code minier lui-même (lire plus bas)

Un dossier à connaître, sur une réforme destinée aux enjeux d’une politique  qui aura forcément une incidence sur les projets à venir, en Métropole ou en Guyane…Cela concerne aussi l’extraction des matériaux de carrière. A vos archives! (lire aussi sur la problématique en Guyane: SCHÉMA & CODE MINIER – Association Maiouri Nature Guyane (google.com)  et La Relève et La Peste (lareleveetlapeste.fr)

Sur l’actualité du projet lithium en Métropole: « « On n’a pas de pétrole, mais on a du lithium. » dit E. Macron – voir l’article de Reporterre (image) Mine de lithium en France ? Un casse-tête environnemental (reporterre.net) 

Voir aussi: Lithium en France : quel est l’impact écologique du nouvel or blanc ? (futura-sciences.com)

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, EAU, Eau - Santé Qualité, Énergie, Mines, Montagne, Pollution | Mots clés , , , , , , |

Actualité des Traités et mécanismes d’arbitrage (ISDS) – COP27

EUROPE – Vous voulez des politiques climatiques ambitieuses ? Alors il faut mettre fin aux mécanismes ISDS qui menacent directement les objectifs climatiques mondiaux

Déclaration de 380 organisations à l’occasion de la #COP27
L’ISDS (règlement des différends investisseurs-États) permet aux multinationales de poursuivre les gouvernements devant des juridictions opaques, hors systèmes juridiques nationaux, lorsqu’elles considèrent que des évolutions législatives et normatives réduisent leurs profits
Comment accepter que des mesures visant à fermer des infrastructures liées aux énergies fossiles, à restreindre l’exploitation des hydrocarbures ou à régler finement les dispositifs de soutien aux ENR puissent être remises en cause devant ces tribunaux au profit d’investisseurs ?

Depuis de nombreuses années, les entreprises pétrolières, gazières, minières, extractives et du secteur de l’énergie ont intenté des centaines de procédures d’ISDS contre des pays – 42 % des demandes connues d’ISDS concernent les secteurs minier et de l’énergie.

Les 380 organisations signataires appellent les États à :

1⃣mettre fin aux négociations d’accords comportant un ISDS

2⃣sortir des traités existants incluant un ISDS, tels que le TCE

3⃣ Promouvoir les mécanismes de protection des droits humains, du climat et de la biodiversité.

À la suite de la COP26 à Glasgow, des gouvernements ont reconnu qu’ils n’avaient pas rejoint les initiatives climatiques ou qu’ils avaient fixé des objectifs climatiques moins ambitieux pour éviter le risque d’être poursuivis dans le cadre des mécanismes ISDS.
A la COP27, les promoteurs de ces mécanismes favorables aux investisseurs utilisent les négociations sur les flux financiers pour tenter de généraliser les mécanismes ISDS au coeur même des négociations climat.

Il est temps que cela s’arrête : les 380 organisations de la société civile signataires de cette déclaration font leur les propos du dernier rapport du GIEC qui indique clairement que les dispositifs ISDS risquent de bloquer la sortie progressive des énergies fossiles.

Consulter: (9) Collectif national Stop CETA/Mercosur | Facebook

Publié dans Accueil, Énergie, Energie-climat | Mots clés , , , , , |

Alerte contre la cotation de l’eau en Bourse

Nous partageons un appel « Contre la spoliation de l’eau et de la vie » ENSEMBLE_CONTRE_LA_SPOLIATION_appel_pour_7_decembre_2022_Final[32621]  – L’eau, bien vital, est un bien commun et pas une marchandise!

  Crise planétaire hydrique :
L’eau, source de vie, est en train de se tarir sur notre planète. Sécheresses et inondations blessent la vie des humains et de la Terre. Les glaces de la planète sont en train de disparaître et le niveau de l’eau de la mer, salée, augmente dangereusement. Tout cela à cause de notre système de vie prédateur qui est à l’origine du changement climatique dévastateur. Les conditions de vie se dégradent, surtout pour les milliards de personnes qui souffrent déjà du non accès à l’eau et à l’assainissement. Les activités économiques sont bouleversées, les famines se multiplient et s’aggravent, la désolation s’ensuit, les
populations émigrent.
Face à cette crise, les groupes dominants n’ont su faire de mieux que mettre l’eau en Bourse : Le 7 décembre 2020, la bourse de Chicago a ouvert les marchés spéculatifs aux transactions commerciales sur l’eau. En septembre 2021, la bourse de New York a décidé de confier 30 % du monde naturel de la planète à la gestion privée de nouvelles entreprises cotées en Bourse (les Natural Assets Corporation).
Une véritable spoliation de la vie par l’argent. L’eau est devenue un avoir financier comme le cuivre, le gaz, le pétrole… sa valeur est un prix fixé par les marchés financiers.

C’est inadmissible. Les citoyens n’ont pas voté les bourses ni les fonds d’investissements privés (BlackRock ,Vanguard, State Street…), ni les banques. Mais les propriétaires et les manipulateurs d’argent décident, les pouvoirs publics suivent. Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Droit à l'eau, EAU | Mots clés , , , , , , , |

EAU – le partage de la ressource en question (2)

L’actualité de la résistance contre les méga-bassines (opposants du Collectif 👉https://bassinesnonmerci.fr/index.php/actualites/)

⚠ « Alors que la mobilisation citoyenne massive à Ste Soline avait permis un blocage et une suspension du chantier durant 10 jours, les travaux de la méga-bassine ont repris. Nous étions bien évidemment présent.e.s sur place pour constater ce passage en force révoltant.

Merci à tou.te.s celles et ceux qui participent à la vigie citoyenne locale 👀 L’alerte a été lancée immédiatement hier soir pour dénoncer le convoi nocturne d’engins de chantier, largement encadré par les forces du désordre. (pour participer à la vigie : 07 58 95 65 96 // vigiebassine@riseup.net)

Au vu de l’urgence climatique et de l’état critique de dégradation des sols et cours d’eau, les activistes, scientifiques, et 150 organisations signataires de l’appel PAS UNE BASSINE DE PLUS exigeaient un moratoire sur les projets de méga-bassines, une concertation large sur le partage de l’eau et l’appui à des pratiques paysannes locales protectrices de la biodiversité. https://bit.ly/appelpasunebassinedeplus

🤮 Nous constatons donc que l’État, inféodé au lobby agro-industriel, et la Coop de l’Eau restent sourds à ces revendications d’intérêt général. Ils poursuivent “quoi qu’il en coûte” leur projet de destruction du vivant et d’accaparement des biens communs. La semaine dernière, la signature d’un protocole autorisant la construction de 30 méga-bassines dans la Vienne a confirmé cette dynamique mortifère. Les méga-bassines sont bien la seule réponse apportée au changement climatique et vont se généraliser à l’ensemble du territoire si nous n’y mettons pas un terme immédiatement. 🚧

Lire la suite …

Publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Droit à l'eau, EAU | Mots clés , , , , |

Région Nouvelle-Aquitaine – Ouverture à la concurrence des TER

Huit députés de la Région N.A. signent ensemble un communiqué de presse : « Ouverture à la concurrence du TER, une attaque contre le Service public du rail » (ci-dessous).

A.Rousset, Président de la Région, a présenté ses orientations visant à ouvrir à la concurrence le service des trains régionaux que la Région a en charge.

Le CADE défend les trains du quotidien de proximité et nous avons noté que nombre de problèmes surviennent lorsqu’il n’y a plus d’opérateur unique chargé d’une mission de service public: augmentation des tarifs, suppression de dessertes « non rentables », maintenance défaillante, …L’Angleterre, ayant connu des accidents et difficultés d’organisation du trafic après ce choix, a d’ailleurs fait machine arrière sur le sujet. Seul un service public unifié et chargé de faire correspondre l’offre ferroviaire aux besoins de la population nous paraît être l’avenir. Nous n’oublions pas non plus que le fléchage des crédits pour les LGV a partout entraîné un déficit d’investissement pour le ferroviaire de proximité: décidément, la Région Nouvelle-Aquitaine doit revoir ses choix! La modernisation, la rénovation des lignes du quotidien, le cadencement, sont les solutions aux besoins en mobilité sobre, et ce dans le cadre d’un grand service public du rail.

 

Publié dans Accueil, LGV, Régionaux, Transport | Mots clés , , , , , , |