Dernière brochure du CADE sur le financement LGV du GPSO

Le CADE a rédigé un travail d’analyse de la situation actuelle concernant ce qu’il convient bien d’appeler: « L’arnaque du financement du GPSO en « Société de projet », le projet rejeté trouvant ainsi une possibilité de ressusciter aux yeux de ses derniers porteurs, dont le président de la Région Nouvelle-Aquitaine…

INTRODUCTION

La dette abyssale de la SNCF imposait aux irréductibles de ces GPII (Grands Projets Inutiles et Imposés) que sont les lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV) d’inventer de nouvelles ingénieries de financement pour alimenter leurs rêves.

Les projets de ligne ferroviaire à grande vitesse nécessitent de lourds investissements qui sont incompatibles avec la dette colossale de la SNCF qui s’élevait à 46,6 milliards d’euros fin 2017 et dont l’Etat en a repris à son compte 35 milliards malgré un endettement prodigieux.

Seuls quelques irréductibles continuent à promouvoir la construction de nouvelles LGV, certainement séduits par l’aspect grands chantiers de BTP plutôt que par le caractère ferroviaire de ces projets.

Alors, pour essayer de détourner l’attention sur le fait que l’endettement de la SNCF ne permet plus un investissement de l’État dans de telles grandes infrastructures on vante les mérites de sources et moyens de financement innovants.

Ne l’a-t-on pas déjà fait quand à la LGV Tours-Bordeaux ?

Mais ne nous y trompons pas c’est l’endettement du pays qui, de toute façon, est subordonné au développement de ces projets et non pas le transport au quotidien.

Analysons …CADE Brochure L’arnaque du financement du GPSO en Société de projet

LIEN PERMANENT SUR LE SITE – « Le projet de LGV », rubrique TRANSPORTS en haut d’écran: https://www.cade-environnement.org/le-projet-de-lgv/

 

Cet article a été publié dans Accueil, GPII, LGV, Transport avec le mot-clé , , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *