« Pisseurs » glyphosatés: la situation se durcit…

(image France bleu) La tension monte entre un modèle d’agriculture industrielle déconnecté de la biodiversité et du vivant, et les consommateurs soucieux de veiller à leur santé mais aussi à celle de la planète nourricière…La situation de crise est bien en place…Dans ce contexte, la bataille fait maintenant rage sur le terrain, dans le lobbying, dans les médias et en justice:

  • Alors que dans les Landes, et partout en France, de nombreux citoyens se sont fait analyser les urines pour y tester la présence d’intrants chimiques tel le glyphosate, le Pays Basque et le CADE s’y mettent aussi…
  • Dans le même temps, la polémique a enflé en justice avec les arrêtés des maires sur les distances agricoles d’épandage chimique à proximité des habitations.
  • La grande manifestation des tracteurs en France et en Allemagne organisée notamment par la FNSEA, lobby influent sur les décisions dans l’U.E., revendiquait l’arrêt des « obligations » pour les cultures et l’élevage.
  • La riposte en justice arrive: « Une trentaine de « pisseurs involontaires de glyphosate » ont déposé 87 plaintes fin novembre pour « mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée et atteintes à l’environnement ». La FDSEA d’Ille-et-Vilaine réplique avec ses propres analyses et en déposant plainte, à son tour, contre les « pisseurs involontaires ». » lire l’article
Cet article a été publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, Pollution de l'eau, Pollution des sols avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *