Revue de presse de GPII – quelques résistances citoyennes…

Article « Comme Europa City, Open Sky fait face à une levée de boucliers » de Christiane Navas (Les Echos, 13/12/2019) : Open Sky est un projet immobilier (100 000 m2 dont 40 000 m2 de commerces, 400 M€ d’investissement) du promoteur « La Compagnie de Phalsbourg » à l’entrée de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). L’article commence par cette phrase : « S’il n’en a pas l’ampleur, le projet immobilier Open Sky, porté par la Compagnie de Phalsbourg, pourrait bien être à la Côte d’Azur ce que Europa City aura été en Ile-de-France: le symbole d’une urbanisation qui suscite des oppositions de plus en plus vives d’associations environnementales. »Les opposants ont déposé auprès de la mairie de Valbonne un recours gracieux en annulation du permis de construire d’Open Sky, avant un éventuel recours au tribunal administratif.

Article « Gare [Triangle de Gonesse] : les vers de terre ne prennent pas le métro » de Jacqueline Lorthiois publié le 114/01/2020 sur son blog Mediapart : dans cet article très bien documenté, Jacqueline Lorthiois, opposante de longue date à l’urbanisation du Triangle de Gonesse, explique que « Le projet de gare « Triangle de Gonesse » de la ligne 17 Nord bat tous les records d’inutilité au sein du futur réseau Grand-Paris-Express. (…) les faits s’accumulent pour en démontrer l’absurdité. ». La conclusion de sa démonstration est sans appel : « Il est grand temps de mettre en place une politique d’emploi et de transports plus adaptée aux besoins de la population locale !! »

Lutte contre le projet de déviation et de pont sur la Loire près d’Orléans : appel à dons pour financer les recours juridiques – À quelques kilomètres à l’est d’Orléans, entre Saint-Denis-de-l’Hôtel et Marcilly-en-Villette, un magnifique territoire de nature sauvage du Val de Loire est menacé de destruction par le projet départemental de déviation de la RD 921 et de pont sur la Loire, destructeur de forêt (cf. L’Écho du Triangle du 10 déc. 2019).

Projet de carrière de calcaire dans le PNR du Vexin français : Calcia se met aussi à dos élus et préfet – L’Echo du Triangle du 15 octobre 2019 avait appelé à soutenir les opposants – associations locales et dirigeants du PNR – au projet d’extension des carrières de calcaire de Breuil-en-Vexin, porté par le cimentier Calcia (groupe allemand HeidelbergCement) et situé à la limite des Yvelines et du Val d’Oise. Dans leurs articles « Extension des carrières du Vexin : le groupe Calcia sous le feu des critiques » (9 janvier 2020) et « Exploitation de carrières dans le Vexin : la pression monte sur Calcia » (12 janvier 2020), les journalistes du Parisien Mehdi Gherdane et Yves Fossey expliquent que le projet de carrière à Breuil-en-Vexin « est clairement menacé ».

D’une part, la présidente de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse rejoint ceux qui s’y opposent pour des raisons environnementales. D’autre part, le préfet des Yvelines Jean-Jacques Brot et le président du conseil départemental des Yvelines Pierre Bédier (1) menacent de ne plus le soutenir si Calcia maintient le projet, annoncé le 17 décembre 2019, de déménager son siège social de Guerville (78) à Nanterre (92).

La devise « Make our planet great again » triomphera-t-elle dans le PNR du Vexin français ? Pour cela il faudrait que l’Etat ne soutienne plus l’extension des carrières de Breuil-en-Vexin

(1) Pierre Bédier est célèbre pour son absence de sensibilité aux questions environnementales. Il y a une décennie c’est lui qui avait porté le projet de circuit de Formule 1 à Flins – Les Mureaux, dont l’échec avait coûté près de 9 millions d’euros au département des Yvelines
(calcul de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France)

 

Cet article a été publié dans Accueil, Agriculture-Alimentation, GPII, Mines, Transport avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *