Bure, un conte de fées pour « gogos »

Meuse/Haute Marne, Cigéo et projet de territoire : un conte de fées pour « gogos » !

Vendredi 4 octobre 2019, les deux départements signent avec E. Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, le « contrat » du siècle et bétonnent l’arnaque au mirage financier : des millions d’euros et du bonheur à tous les étages.
Pas un mot on imagine sur les risques gigantesques de la poubelle atomique, la mort inévitable du territoire, la désertification qui se prépare… Champagne !

64 actions pour faire de notre territoire un paradis enviable partout ailleurs ? Routes, voies ferrées, réseau d’eau potable et d’électricité, tout sera renforcé, oui, mais bien au service du chantier Cigéo. Pas pour simplifier la vie des meusiens et haut-marnais appelés, entre autre, à partager les voies de transports avec les convois atomiques. Et il se peut que dans un esprit de « mutualisation » et de partage des équipements, le contribuable mette la main à la poche, via les conseils départementaux. A quelle hauteur ? Où cela se décide-t-il ?

La pérennisation de « l’excellence environnementale » ne fera qu’entériner un peu plus le green-washing entrepris dès 2006, pour créer un monde idyllique en surface (éoliennes, économies d’énergie, covoiturage, etc,) certes, mais tellement dérisoire face à l’empoisonnement radioactif du territoire qui se prépare en profondeur.

Et le saupoudrage d’aides dans tous les secteurs de vie (habitat, agriculture, santé, scolaire, loisirs…) entrepris depuis un bon nombre d’années ne fera que renforcer l’assujettissement de la population à la mutation forcée qui les menace.

Résumé : ce projet de développement du territoire est au service unique de l’annexion nucléaire de tout un bassin de vie. Seul compte l’ancrage physique et forcé de Cigéo pour un Etat qui a toujours imposé ce projet en méprisant totalement l’avis de la population.

Agiter le hochet des illusions, taire l’essentiel
Pendant ce temps, on ne parle pas :
– de l’incohérence politique du futur chantier des infrastructures lourdes de Cigéo (maquillé en projet de territoire) alors même que le projet Cigéo n’est toujours pas autorisé (DAC sans cesse repoussée),
– des inconnues technologiques majeures que l’Andra n’arrive pas à résoudre,
– de l’impossible anticipation du financement du projet dans sa globalité,
– des risques insensés caractérisant Cigéo (incendie, explosion, rejets contaminants dans l’air et l’eau potable…).

La population est ainsi maintenue dans l’ignorance la plus totale sur le fond -la mortelle radioactivité et ses effets-, et sur le véritable impact socio-économique de la poubelle atomique. La toute récente catastrophe survenue à Rouen (incendie chimique) préfigure malheureusement ce qui pourrait survenir à Bure : la gestion des situations de telles crises majeures est impossible.

Les milliers de personnes qui se sont mobilisées cette année contre le projet Cigéo ne sont pas dupes.
Il faut stopper le projet Cigéo, chantier titanesque ou naufrage financier et environnemental anticipé !

Voir le communiqué collectif du 20/09/2019 :
CIGEO/BURE : Un projet de développement qui enterre l’avenir de nos territoires, à notre insu !

www.burestop.eu

Cet article a été publié dans Accueil, Déchets, Énergie, Pollution avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *