« nuage toxique, mais pas trop »…

Comprenne qui pourra…(cliquer)

  • A ce propos: « Une usine classée Seveso brûle et les télés regardent ailleurs », il faut bien tout l’humour de Samuel Gontier pour nous faire sourire, malgré tout… si impertinent sur l’analyse des  médias!
  • Ce qui rappelle cet évènement passé presque sous silence, article du 27 septembre: https://blog.mondediplo.net/omerta-sur-une-catastrophe-industrielle-majeure « Omerta sur une catastrophe industrielle majeure aux portes de Paris. En plein été, une installation stratégique de la plus grande station d’épuration des eaux usées d’Europe est totalement détruite par le feu à trente kilomètres de la capitale. Il faudra entre trois et cinq ans pour la reconstruire, au prix, dans l’intervalle, d’une pollution gravissime de la Seine. Ce site n’a cessé d’enregistrer des sinistres de plus en plus graves depuis plusieurs années. Sa gestion est entachée par des dévoiements sans précédent en matière de marchés publics. Un désastre absolu, qui ne suscite qu’une inquiétante indifférence.« 

Et un témoignage indigné sur la catastrophe à Rouen:

LE TEMPS DES PLUIES D’HYDROCARBURE

– « Rouen : fumée noire, maux de tête et animaux morts –

Un nuage de fumée noire de plusieurs dizaines de kilomètres au dessus d’une agglomération peuplée de centaines de milliers d’habitants.

Un panache qui s’étend jusqu’aux régions voisines au gré des vents. Une véritable « marée noire volante ».

Une pluie d’hydrocarbure, poisseuse, qui tombe dans les bassins, sur les trottoirs, sur les cultures sur un périmètre de 50 kilomètres.

Une odeur chimique qui imprègne toute la ville et ses alentours.

Des habitants qui parlent de maux de tête, de vomissements, de vertiges.

Des poissons morts dans des étangs, des oiseaux sans vie retrouvés au bord de la Seine.

Les journalistes de France 3 Normandie évacués de leurs locaux, qui se situaient sur la trajectoire de la fumée.

Une usine polluante qui appartient à la holding du multimilliardaire américain Warren Buffet. Un des hommes les plus riches du monde.

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen est un nouveau fléau de la société industrielle. Et une certaine image de notre avenir, en cas de catastrophe majeure. Alors que la France est couverte de sites SEVESO, et de centrales nucléaires, l’événement est littéralement passé sous silence depuis hier, pour cause d’hommage chiraquien. Et les autorités locales répètent qu’il n’y avait pas de danger, que le nuage est « toxique, mais pas trop ».

Un avant-goût rassurant de l’attitude de nos gouvernants lorsque la tempête écologique ne manquera pas de s’abattre. »

 

Cet article a été publié dans Accueil, Énergie, Pollution industrielle avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *