Energie – L’Algérie dans l’air du temps?

L’Algérie a fait savoir que le gaz de schiste ne faisait désormais plus partie de ses priorités énergétiques. Le gaz conventionnel et les énergies renouvelables suffiraient à absorber la demande du pays.

« L’Algérie n’a pour le moment pas besoin d’exploiter le gaz de schiste que recèle le sous-sol du pays ». C’est par ces mots très clairs du ministre de l’énergie d’Algérie Nouredine Boutarfa, que le pays vient de prendre un virage à 180° sur la question du gaz de schiste. Alors comment remplacer cette énergie ?

Par le gaz conventionnel et surtout par les énergies renouvelables. Car pour l’homme, l’avenir est aux énergies renouvelables, et l’Algérie semble bien être en capacité de produire de l’électricité solaire en quantité importante de par son climat singulier. D’ailleurs, le ministre envisage plus que sérieusement de faire de son pays un excellent élève en la matière à l’horizon 2050.

Cependant, pour rappel, l’homme politique était en 2015 pdg. de l’entreprise énergétique Sonelgaz. Et à l’époque sa position et son point de vue sur la question étaient bien différents : « Pour moi, les énergies renouvelables ne sont pas une priorité. La priorité aujourd’hui, est de satisfaire le consommateur, car, l’Algérien a besoin d’avoir son électricité, qu’importe l’origine ».

 

Cet article a été publié dans Accueil, Energie-climat avec le mot-clé . Mettre en signet le permalien.

Les commentaires sont fermés.