La rentrée du CADE…aide-mémoire et agenda

 COMITE DE LIAISON du 07/09/17

Voilà, c’est la rentrée pour le CADE aussi (…alors que certains dossiers ont mobilisé certains d’entre nous cet été). Le CADE a tenu une réunion générale de rentrée ce jeudi, tant les dossiers sont nombreux ! (Le CADE tient aussi un stand à ASUNAK.)

Les commissions LINKY et MONTAGNE se sont déjà réunies, voici d’autres dates : commission TRANSPORTS jeudi 14, EAU le 22, et DECHETS le 15, (toutes commissions 18h MVC Polo Beyris, Bayonne ; pour l’eau, MPT Anglet). Venez nombreux pour la reprise. En cours, les actions juridiques des décharges sauvages du BTP, les recours LGV, notamment. Prochain COMITE DE LIAISON pour l’ensemble du CADE le jeudi 28 septembre.

BREVES…BREVES…BREVES…

- MONTAGNE : gros dossier de rentrée avec le projet 2020 de rénovation du site de la Rhune. Le projet est estimé autour de 43 millions d’euros, avec des trains supplémentaires (diesels aussi), une passerelle autour des antennes, la pose de conduites d’eau, de la fibre… A noter qu’actuellement on compte environ 365 000 voyageurs par le train pour 2016. Cela est bien suffisant sans faire enfler une fréquentation qui risque d’être préjudiciable à la qualité du site. L’historique de la mobilisation a mené à un collectif à l’initiative du CADE et Larrun patrimoine commun. Ce collectif comprend plusieurs associations qui sont souveraines et avec qui nous sommes sur la même longueur d’onde . Un bon travail d’info a déjà été mené, du courrier adressé aux instances, une pétition approche des 4000 signatures, etc. Nous actons notre satisfaction d’un travail marqué par la recherche d’un front le plus large possible, dans le respect de chacune des associations. Le CADE, soucieux d’éviter « le parc d’attraction » avec massification touristique suit ce projet de près : à lire prochainement un article sur ce site vous exposant les enjeux…

- LINKY versus LGV – A propos des politiques publiques en France, voici une réflexion d’un responsable du CADE : « Un certain nombre d’élus anglais ont mis en place une procédure, acceptée par le gouvernement, appelée « Evidence Check », que l’on peut traduire par « Bilan des preuves » et qui consiste à demander au gouvernement une série de questions permettant de prouver le bon résultat d’une politique ou d’une décision. Cette procédure a été appliquée pour la première fois sur  la politique d’installation des compteurs intelligents. (https://publications.parliament.uk/pa/cm201617/cmselect/cmsctech/161/161.pdf?utm_source=161&utm_medium=module&utm_campaign=modulereports ).  Le résultat est que le gouvernement UK est en train de faire une sorte de machine arrière en acceptant que les utilisateurs refusent l’installation des LINKY… Cela me fait penser à une telle application (qui serait opportune) dans le cas des LGV. »

La gestion associative du dossier LINKY est exemplaire pour le CADE car elle démultiplie les prises de conscience des usagers sur le territoire : on peut donc parler d’une coordination de collectifs avec mobilisations en réseau (9 sur le Labourd, 2 en Soule, 1 à Pau) ; après la rencontre avec le SDEPA (Syndicat où les élus sont présents), nous rappelons qu’à terme il s’agit de l’effacement électrique chez les particuliers et la fin du Service public qui sont en ligne de mire, une discussion parlementaire ayant lieu sur le rachat par Enedis des structures communales ; le conseil municipal de Bayonne a lui créé la surprise en demandant un moratoire d’installation. Un marqueur important est aussi l’intervention, contrée par la sous-préfecture, de la maire d’Arbonne contre le LINKY(voir notre article) : rappelons qu’il n’y a pas de loi exigeant le déploiement, choix reste aux usagers ! Les collectifs s’orientent désormais vers les représentants des EPCI ainsi que vers une conférence de presse.

- MINES – Ci-dessous une interview de Martine Bouchet, du CADE, qui pose les enjeux de la manifestation de samedi 16/09. Une fois encore, le CADE compte sur vous pour que ce temps de mobilisation soit un succés. Ulertu /ComprendreDécidons de l’avenir de notre territoire

ALDA!

Martine Bouchet est membre du CADE (Collectif des Associations de Défense de l’Environnement) et de l’association Stop Mines EH qui s’est créée avec comme objectif de stopper le projet de mines d’or. A quelques jours de la manifestation du samedi 16 septembre à 16h00 qu’organise à Bayonne le Collectif Stop Mines EH, elle répond aux questions d’Alda! sur les enjeux de cette nouvelle mobilisation anti-mines d’or en Iparralde. (…)

- LGV – Comme prévu, le contournement des paroles contre les LGV est en route. Disons-le: ces gens-là ne manifestent pas dans la rue mais dînent élégamment tout en complotant sur le financement non acquis des lignes LGV non rentables. Ci-joint un article intéressant de France Bleu Toulouse indiquant la teneur des propos des uns et des autres et une interview édifiante du maire de Toulouse. La piste ne semble pas être celle indiquée par G. Savary. Voir: Article France bleu

-A relire, également, cet article d’Yves Crozet pour qui le TGV accompagne la croissance, mais ne la crée pas : Qui_arretera_de_nourrir_le_moloch_Ferroviaire_LUsine_Nouvelle_29juin2017.

…En revanche, c’est un tollé général des riverains excédés sur les lignes LGV récemment ouvertes : C’est désormais une déferlante quotidienne de protestations contre les effets des nouvelles LGV. Le bruit à plus de 100 m de la ligne mais aussi les vibrations. Bruits

Voici deux autres articles sur le bruit des nouvelles LGV en Bretagne. Ils illustrent les multiples protestations sur le bruits en Bretagne et sur la Bx-Tours. Ainsi vont les promesses de RFF à l’époque. Le Maine Libre

Dans le même temps,

le rapport Delabarre préconise l’amélioration des voies existantes entre Toulouse et Limoges, la SNCF envisage de stopper les LGV Barcelone Paris. Devant la commission Environnement du Sénat, la Ministre chargée des transports a précisé un certain nombre d’évidences : (1) « Je ne trouve pas normal que l’on ai placé les gens devant une alternative en leur disant soit vous gardez votre ligne ferroviaire en état, et elle ne marche pas bien, soit il vous faut une ligne à grande vitesse, je n’accepte pas que l’on présente les choses de façon aussi caricaturale et je pense qu’il va falloir que nos ingénieurs se mettent à réfléchir autrement » et elle illustre son propos en rappelant que dans un projet qu’elle ne nomme pas, « avec 15% de l’investissement on a 50% du gain de temps ».

Elle a également rappelé son expérience de Présidente de la RATP pour le RER : « Si nos ingénieurs veulent bien faire preuve d’imagination, on a un certain nombre de situation où on me dit la gare est saturée, je voudrais bien savoir pourquoi les gares sont saturées plus rapidement en France que dans les autres pays. Il faut l’on s’interroge sur la façon dont on exploite et dont on retourne nos trains.

Je pense qu’il faut prendre les sujets à bras le corps et ne pas placer les gens dans des alternatives qui ensuite nous mettent devant des impasses financières dans lesquelles on ne sait rien faire sur les infrastructures existantes . Je viens d’une entreprise dans laquelle on exploitait un RER toutes les deux minutes transportant 2 500 voyageurs sur le tronçon central de la ligne A.

Elle conclut : « Je suis désolée, tant que l’on est pas en train de transporter 2.500 voyageurs à deux minutes du train précédent, je ne vois pas pourquoi on me dirait que la ligne est saturée.  » (Voir précédemment l’article d’Yves Crozet pour qui le TGV accompagne la croissance, mais ne la crée pas : « Qui arrêtera de nourrir le Moloch ferroviaire ? »).

Egalement à lire, un article du Monde sur la panne de Montparnasse où on apprend que « seuls 60% des TGV Bordeaux Paris arrivent à l’heure ». Trains-LGVLe Monde

Toutes affaires à suivre…

 

Cet article a été publié dans Accueil, Déchets, EAU, Energie-climat, LGV, Mines, Montagne, Transport avec le mot-clé , , , . Mettre en signet le permalien.

Les commentaires sont fermés.