Linky en justice

Les victimes des ondes protégées & l’absence d’obligation reconnue

Dans un communiqué de presse les avocats de MySmartCab nous informent :

Paris, le 23 novembre 2020. La Cour d’appel de Bordeaux reconnaît, dans une ordonnance rendue le 17 novembre 2020, le dommage imminent de treize personnes exposées aux rayonnements causés par LINKY et condamne la société ENEDIS à les protéger sous une forte astreinte. Une victoire pour les victimes d’électrohypersensibilité – défendues par Me Arnaud Durand et Me Christophe Lèguevaques, cofondateurs de MySMARTcab.

Une victoire aussi pour tous les consommateurs, car la Justice reconnaît en plus, dans cette même décision, l’absence d’obligation à l’installation du Linky et épingle Enedis sur une fonctionnalité espionne introduite dans le Linky.

La décision de la Cour d ‘Appel de Bordeaux est intéressante à analyser car, évidemment, elle peut nous servir dans notre lutte contre cette machinerie Linky. D’ailleurs certaines personnes commencent, maintenant, à mettre en cause les concentrateurs de ces « compteurs’.

Cet article a été publié dans Accueil, Distribution, Énergie, Linky. Mettre en signet le permalien.

2 Responses to Linky en justice

  1. Les collectifs anti-Linky répètent depuis quatre ou cinq ans que si Enedis a obligation d’installer ses boîtiers connectés Linky, aucune obligation n’existe qui contraindrait les usagers à les accepter chez eux. Ce tribunal ne fait là que constater la réalité légale et ne révèle rien d’intéressant. Le problème, lui bien réel, c’est que Enedis ayant mission pour l’État de poser ces appareils, elle le fait chaque fois qu’elle le peut. C’est à dire qu’elle fait pression sur les abonnés en leur faisant ouvrir leur porte sous menace si nécessaire et que la justice est absente depuis le début de cette affaire pour INTERDIRE à cette société anonyme de mentir voire de poser le capteur-télécommande Linky dans les coffrets extérieurs accessibles sans demander l’avis des habitants. Ce genre de délibéré sème donc plus de confusion dans les esprits qu’il ne résout de problèmes. En attendant les installateurs poursuivent leur besogne tranquillement et le réseau électrique se transforme à grande vitesse en méga machine à laquelle tous les domiciles sont connectés pour une gestion bureaucratique et insidieuse au service du Marché. Ne manque plus qu’un réseau d’ondes omniprésent pour suivre chaque personne à tout moment et le monde n’aura plus rien à cacher aux technocrates organisateurs de nos vies réglées. Ah, c’est en route, déjà ?
    En ce qui concerne les concentrateurs, vous trouverez des informations utiles sur le site de notre collectif : http://linkyrikez.eklablog.com/l-installation-du-programme-linky-a-commence-en-soule-p1369000

    • lavictoir dit :

      Bonjour,
      Vous avez évidemment raison mais le point principal de l’article référencé par le CADE concernait le fait, qu’une fois encore, après Toulouse et Tours en 2019, une juridiction reconnait un impact sanitaire du système Linky. De plus le caractère intrusif de Linky est mentionné dans l’ordonnance de la Cour d’Appel. Toutes choses que les associations anti Linky connaissaient déjà.
      Quand au second point concernant la non obligation d’accepter la pose du Linky, chose que toutes les associations savaient également déjà, il fait partie de l’article référencé et on ne pouvait pas donc pas ne mentionner qu’une partie de l’article.
      Merci pour la référence de votre site concernant le concentrateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *