ENERGIE – THT – la concertation continue: avez-vous participé?

Un projet de ligne THT à travers le golfe de Gascogne (voir notre article précédent) est programmé et une concertation a lieu en ce moment sur le net, sur fond de paysage idyllique… https://www.inelfe.eu/fr/projets/golfe-de-gascogne

Deux autres projets terrestres suivent, l’un des environs de Morcenx(40) à travers le Pays Basque et un autre des environ de Lacq vers l’Aragon. Le CADE a rencontré RTE lors d’une réunion d’information à St Jean de Luz afin de signifier son opposition . LIRE notre argumentaire argumentaire THT(2)  ainsi que les échanges avec RTE: Réponse du CADE à la réponse de RTE(1)

Capture SO LIRE aussi l’article de presse suivant notre conférence de presse: THT SO3nov

Nous vous demandons de participer nombreux à la concertation sur la plate-forme ouverte jusqu’au 18 janvier. Les contributions collectives et individuelles y sont visibles, ainsi que des réponses de RTE. sur http://www.golfe-de-gascogne.fr/

VOIR aussi les arguments suivants, contre le projet, de nos amis du Réseau de Soutien Mutuel en Réponse aux Mégaprojets Energétiques

Le Réseau de Soutien Mutuel en Réponse aux Mégaprojets Energétiques, dont le CADE fait partie, rappellent les sérieux doutes sur ce méga-projet qu’avait la CRE, le régulateur français, en juin 2016, et repris dans cet article*:

    1. « Le régulateur juge que la France est aujourd’hui « bien interconnectée avec ses voisins », et que l’utilisation de ces lignes et tuyaux « est désormais largement optimisée ».
    Dans ce contexte, il entend veiller « à éviter que les consommateurs de gaz et d’électricité ne soient exposés à des coûts considérables pour construire des infrastructures dont l’utilité  pour la construction du marché européen et la sécurité d’approvisionnement n’aurait pas été démontrée ».
2. Le projet Golfe de Gascogne est «
totalement prématuré : Après la mise en service d’une interconnexion côté pyrénéen l’an dernier, ce projet vise, côté Atlantique, à faire passer des câbles sous-marins entre la France et l’Espagne pour accroître les échanges à hauteur de 2.200 mégawatts (l’équivalent de deux réacteurs nucléaires) à l’horizon 2023, pour un coût aujourd’hui évalué entre 1,6 et 2 milliards d’euros. Un projet très complexe, car il devra passer par une fosse sous-marine. « Il n’y a aucune visibilité de la faisabilité technique de l’opération, et il y a un emballement de la Commission européenne, avant même d’avoir un rapport coût-efficacité du projet « , critique Philippe de Ladoucette (Président de la CRE en 2016).
* Energie : l’afflux de projets d’interconnexion inquiète le régulateur (Les Echos, 15 juin 2016)
https://www.lesechos.fr/15/06/2016/lesechos.fr/0211028300361_energie—l-afflux-de-projets-d-interconnexion-inquiete-le-regulateur.htm#F5pfqLHqPcdGt1P0.99
Rapport CRE: les enjeux économiques des interconnexions (15/06/2016)- http://www.cre.fr/documents/presse/communiques-de-presse/la-cre-les-enjeux-economiques-des-interconnexions


Le Réseau de Soutien Mutuel en Réponse aux Mégaprojets Energétiques :
redapoyopirineo@gmail.com

Cet article a été publié dans Accueil, Energie-climat avec le mot-clé , , . Mettre en signet le permalien.