Eau & Installations classées


Les six bassins de l’eau

La problématique de l’eau et des installations industrielles classées est très anciennement travaillée par le CADE.

Considérant que l’eau est un bien commun vital, dont la ressource se détériore et se raréfie, nous nous mobilisons localement (Pays Basque / Sud-Landes) pour sa qualité, son économie, son accès universel. Cette préoccupation nous conduit aussi, à l’occasion, à nous mobiliser plus largement en réseau avec d’autres associations et Mouvements pour l’eau (France, Europe, International).

L’importance de ce bien est telle que nous avons créé une commission spéciale de personnes et associations, la commission EAU du CADE, qui prépare collectivement des actions: composée des entités IDEAL, ACE, SEPANSO, Santé Environnement Pays Basque, ZIP Adour, Attac Pays Basque, Ortzadar, Mouguerre Cadre de Vie, Comité de soutien aux victimes de Fertiladour, Riverains du Seignanx, et d’individuels, cette commission se réunit mensuellement et communique activement.

Pollutions et qualité de l’eau

Notre approche est pragmatiquement celle de guetteurs visant à la surveillance et l’interpellation des responsables: Collectivités, Services de l’Etat tels que la DREAL, participation critique et alternative aux SDAGE et SAGE de l’Agence de l’eau, SPPPi, enquêtes publiques… C’est ainsi que les observations nous ont mobilisés sur: la pollution de l’Uhabia et son bassin versant, celle de l’Adour et Port de Bayonne, le projet du super-port extérieur de Pasaia/Pasajes, la baie de Txingudi, les conséquences environnementales des projets Marinadour/ACBA/Rivadour de Bayonne, les inondations du réseau unitaire et bassins d’orage, la détérioration de qualité des eaux de baignade, etc. (voir les pages EAU, bandeau en haut d’écran, et nos articles actualisant les actions dans ces catégories: bandeau vertical)

Droit à l’eau

L’accès problématique à la ressource (eau potable ou non), et son économie circulaire en danger, amènent à se mobiliser sur la gestion de l’eau et de l’assainissement: à la fois sur les aspects sociaux, démocratiques et environnementaux.

- Le Cade participe en réseau à l’action partenariale sur « l’eau, bien commun » : nous soutenons L’ICE , Initiative Citoyenne Européenne afin que la Commission Européenne sorte l’eau du secteur marchand (en cours 2013/14). Voir aussi http://www.cade-environnement.org/2014/04/07/le-mouvement-europeen-pour-leau-sexprime-aupres-du-mediateur-europeen-sur-lice/

- Le CADE initie une réflexion de la population et des élus sur le type de gestion (Régie, DSP…) et de tarification: l’eau au robinet coûte de 2 à plus de 6€ sur le territoire , la gestion sociale s’impose! Nous proposons:

1- Plus de démocratie participative avec des retours en Régie à autonomie financière et personnalité morale, où siègent les usagers; « l’eau paie l’eau », et pas les dividendes d’actionnaires privés.

2- Plus de gestion environnementale intégrée avec des actions sur les petit et grand cycles de l’eau.

3- Plus de solidarité tarifaire avec l’abandon de la part fixe au profit d’une part gratuite vitale, des tarifs sociaux, et une progressivité des tarifs selon l’importance de la consommation.

Contactez-nous et signalez un problème local sur l’eau, l’assainissement, les pollutions :

* Contact CADE sur ce site

Pour accéder aux articles précédents concernant ces problématiques, consulter les numéros de la revue Ortzadar triés selon DECHETS ou EAU et INSTALLATIONS CLASSEES (bandeau haut de page).
Pour accéder aux nouveaux articles qui actualisent nos préoccupations et nos actions, consulter les mêmes catégories en bandeau latéral.

 


Les commentaires sont fermés.