Droit à l'eau

Attac Arles eau_1

Le CADE initie une réflexion de la population et des élus sur le type de gestion (Régie, DSP…) et de tarification : l’eau au robinet coûte de 2 à plus de 6€/m3 sur le territoire, la gestion sociale s’impose ! Nous proposons :

♦  Plus de démocratie participative avec des retours en Régie à autonomie financière et personnalité morale, où siègent les usagers ; « l’eau paie l’eau », et pas les dividendes d’actionnaires privés.

♦  Plus de gestion environnementale intégrée avec des actions sur les petit et grand cycles de l’eau.

♦  Plus de solidarité tarifaire avec l’abandon de la part fixe au profit d’une part gratuite vitale, des tarifs sociaux, et une progressivité des tarifs selon l’importance de la consommation.

Le suivi des élus en charge, que ce soit au niveau local, national ou européen, s’impose pour nous, tant sont grandes les pressions pour libéraliser la gestion de la part des Multinationales et selon le modèle de l’ouverture au marché prôné par la
Commission Européenne :

♦  Tentation pour les élus de déléguer au privé et ses actionnaires une eau et un assainissement toujours plus chers s’il faut rémunérer des actionnaires ; l’enjeu nécessite formation et compétence des agents publics, les Collectivités responsables aujourd’hui du service de l’eau doivent assumer cette gestion afin de garantir les meilleurs qualité et coût à la population ;

♦  Tentation de solutions palliatives à court terme (bassins de stockage qui débordent, barrages asséchant pour un modèle agricole épuisant une ressource finie, émissaires d’eaux usées en mer…) et opérations urbanistiques sans réseau séparatif (pluvial /eaux usées) mais imperméabilisation des sols: toutes décisions néfastes pour le petit cycle de l’eau et la ressource, ignorant aussi les conséquences en terme de pollution ou inondation sans cesse renouvelées ;

♦  Tentation de gérer selon des modèles de partenariat public-privé (DSP, SPL et aujourd’hui SEMOP…) excluant, au contraire de la régie publique « à autonomie financière et personnalité morale », le contrôle citoyen et les pratiques de consultation démocratiques: l’eau est un bien commun vital qui doit relever du Service Public.

faujour-eau

C’est pourquoi nous questionnons les candidats et leur liste à l’occasion
de différentes élections :

♦ Réponses au questionnaire auprès des candidats à l’élection municipale 2014 et les commentaires

♦ Questionnaire Municipales 2014

L’élection au parlement Européen du 25 mai 2014 donne également lieu à questionnement.

♦ http://www.cade-environnement.org/2014/05/09/le-cae-interroge-les-listes-pour-les-elections-europeennes-le-droit-a-leau/

Enfin, le CADE relancera les différents élus du territoire au fil des mois concernant leur gestion de l’eau, bien commun, et à l’occasion de la remise en cause ou de la fin de contrats de Délégation de Services Publics.

♦ Pour accéder aux articles précédents concernant ces problématiques, consulter les numéros de la revue Ortzadar triés selon DECHETS ou EAU et INSTALLATIONS CLASSEES (bandeau haut de page) : présentation et archives.

♦ Pour accéder aux nouveaux articles qui actualisent nos préoccupations et nos actions, consulter les mêmes catégories EAU en bandeau latéral.

Les commentaires sont fermés.